Sixième > Histoire-Géographie > Habiter un espace de faible densité > Habiter un espace à forte contrainte naturelle ou de grande biodiversité

HABITER UN ESPACE À FORTE CONTRAINTE NATURELLE OU DE GRANDE BIODIVERSITÉ

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Habiter les espaces à fortes contraintes

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Une contrainte naturelle est un élément de la nature qui gêne quelque chose, et notamment l’installation durable de l’homme.

La biodiversité signifie l’ensemble de la faune et de la flore qui constitue un espace donné.

L’aménagement est la capacité des humains à s’approprier les territoires pour y vivre selon leur désir.

Les espaces à fortes contraintes représentent 25 % de la surface terrestre. Seul 2 % de la population y réside. Comment les hommes vivent-ils dans des lieux contraignants ou de grande biodiversité ?

 

I. Typologie des espaces à fortes contraintes

 

- La haute montagne, supérieure à 2000 m (avec températures basses, présence de neige, fortes pentes) crée un isolement. Les populations n’ont pas accès à tout ce dont elles ont besoin. En Amérique du Sud ou en Afrique de l’Est certaines populations vivent à des altitudes plus basses que 2000 m et parviennent à faire de l’agriculture.

- Les îles coupées du reste du monde. Certaines îles trop isolées ne sont pas habitées.

- Les déserts chauds comme le désert de Gobie et du Sahara sont des déserts où la sécheresse ne permet pas aux hommes de produire de la nourriture. Certaines populations y vivent comme les nomades vivant dans les oasis (zones où il y a de l’eau).

- Les déserts froids comme l’Antarctique et le désert de Sibérie sont des déserts de glace où les conditions climatiques ne permettent pas de vivre.

- Les forêts denses où se trouvent une grande biodiversité comme la forêt Amazonienne, la forêt du Congo. Certaines populations y vivent. Cependant la biodiversité est fragile et les conditions climatiques ne favorisent pas l’installation de nouvelle population.

- Les catastrophes naturelles présentes dans certains lieux expliquent que les populations ne s’y installent pas. Ce sont par exemple les inondations, les séismes, les ouragans.

 

II. Les hommes s’adaptent aux espaces à fortes contraintes

 

Autrefois, les contraintes dictaient l’installation des hommes. Aujourd’hui, l’homme s’adapte et se protège des risques potentiels. L’eau est nécessaire pour s’adapter. S’il n’y en a pas en surface, il y en a sous terre, ce sont les nappes phréatiques. On creuse le sol pour récupérer l’eau et faire de l’agriculture.

Dans les zones montagneuses, les hommes creusent la montagne et font des terrasses. Il s’agit d’aplanir certains espaces pour faire de l’agriculture, car les pentes de la montagne ne permettent pas à l’eau de se répartir sur les terres pour faire pousser des plantes correctement.

Les hommes luttent contre l’enclavement en construisant des routes ou des ponts, pour relier les îles.

Aujourd’hui, les espaces à fortes contraintes attirent les touristes, par exemple : le Sahara, la forêt du Congo, le Kenya (safaris), le Groenland et l’Antarctique.