Sixième > Histoire-Géographie > Récits fondateurs, croyances et citoyenneté dans la Méditerranée antique > Stage - Le monde des cités grecques

STAGE - LE MONDE DES CITÉS GRECQUES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Le monde des cités grecques

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les cités grecques regroupent l’une des plus grandes puissances du bassin méditerranéen avec l’Empire romain. La Grèce est un territoire situé entre la mer Méditerranée et la mer Noire. Le peuple grec cultive le blé, la vigne. Ils vivent indépendamment les uns des autres dans des cités. Malgré leurs diversités et leurs rivalités, pourquoi les Grecs ont-ils le sentiment d’appartenir à une même nation ?

 

I. La cité, lieu de vie et de pouvoir

 

Une cité grecque est composée d’une ville et de la campagne qui l’entoure. Des éléments se retrouvent dans chaque cité :

- L’agora est une place publique où les citoyens débattent de la politique et font le marché. C’est une place centrale dans la cité.

- L’acropole est la ville haute. Une cité grecque est construite autour d’une colline au sommet de laquelle se trouvent le temple du dieu protecteur de la cité ainsi que le trésor de la cité.

- La cité est protégée par des remparts, les cités grecques se construisent près des fleuves pour favoriser le commerce via les ports.

Les relations entres les cités sont complexes. L’objectif des cités est d’avoir le plus vaste territoire, d’avoir d’autres cités à leur service, et d’avoir des alliés. Les cités se font donc la guerre, les plus connues sont Sparte et Athènes. La guerre du Péloponnèse a eu lieu entre 431 et 404 avant J.-C.

Les guerres ne se font pas uniquement entre cités grecques. L’Empire perse est l’ennemi commun aux cités grecques. Les guerres contre l’Empire perse sont l’occasion de s’unir, notamment lors des guerres médiques où les Perses tentent d’envahir la Grèce. En s’unissant, les cités grecques repoussent l’ennemi hors de leurs frontières.

Les troupes grecques sont parfaitement entraînées. Elles ont un armement et une stratégie militaire très développés. Le soldat grec est un hoplite, muni d’un bouclier rond, d’une lance ou d’une épée et de jambières. Le bronze est utilisé pour créer les armes et les éléments de défense. Les cités grecques font de la Grèce une puissance navale grâce à leurs trières. Ce sont des navires à rames qui, grâce à leur proue en bronze, éventrent les bateaux ennemis.

Certaines populations grecques pauvres partent à la recherche de nouvelles terres à exploiter le long des côtes, c’est la colonisation. Ces peuples reconstruisent à l’identique une cité grecque mais sur un territoire étranger, c’est une colonie. La colonisation dure entre le VIe siècle et le VIIIe siècle avant J.-C.

 

II. Un monde grec uni

 

La religion uni le peuple grec. Ils sont polythéistes, ils croient en plusieurs dieux qu’ils honorent en leurs faisant des offrandes et des sacrifices. Ils construisent des sanctuaires panhelléniques où tous les Grecs peuvent se réunir pour prier et remercier leurs dieux.

Les jeux sont des cérémonies qui ont lieu tous les ans à Delphes, Némée, Corinthe, des cités grecques. Tous les ans, à l’occasion des jeux, les cités font la paix et s’affrontent à travers des concours de chant, de poèmes, des combats sportifs. Ces jeux sont fait en l’honneur du dieu de la cité, à Olympie, c’est Zeus qui est honoré.

Les Grecs s’unissent grâce à des mythes et des légendes, les plus connus étant L’Illiade et L’Odyssée d’Homère où sont racontés les exploits d’Achille et d'Hector lors de la prise de Troie. Les mythes racontent l’histoire d’un héros qui représente la gloire du monde athénien, c’est un modèle à imiter.

 

III. Athènes : une cité à l’origine de la démocratie

 

Conditions sont nécessaires pour obtenir la citoyenneté athénienne : être un homme de plus de 20 ans, qui a fait son service militaire pendant deux ans et qui est né de père et de mère athéniens.

Le reste de la population sont les femmes, les enfants, les esclaves et les métèques. Les métèques sont des étrangers d’une autre cité grecque, venus vivre à Athènes et payant un impôt pour y résider.

Être un citoyen athénien permet de participer à la vie de la cité, et de défendre la cité lorsqu’elle est attaquée.

 

 

L’Ecclésia est une assemblée de citoyens qui se réunit sur la colline de la Pnyx. On y décide de partir ou non à la guerre, des grandes actions à mener pour la cité. C’est aussi le lieu où se choisissent les personnes qui vont être amenées à diriger la cité. Ces personnes sont les stratèges. Ce sont eux qui donnent les lignes directrices de la politique et dirigent les armées.

Les juges gèrent les affaires de la cité, ils se divisent en deux catégories : les juges de l’Héliée qui rendent la justice et ceux de la Boulè qui préparent les lois. Ces juges sont tirés au sort par les citoyens de la cité.

Les citoyens, et les métèques en certaines occasions, participent aux grandes fêtes religieuses. À Athènes par exemple, la fête des Panathénées. Il s’agit d’un cortège qui a lieu tous les ans et qui traverse la cité pour aller jusqu’à l’acropole et déposer, sur la sculpture de la déesse Athéna, un péplos (tissu cousu par les femmes de la cité). Toutes les catégories de population participent à cette cérémonie, soit en transportant des offrandes ou le péplos, soit en chantant.