Terminale > Allemand > Conjugaison > Le prétérit

LE PRÉTÉRIT

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Le prétérit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les terminaisons du prétérit sont :

Ich Ø
Du  st
Er/sie/es Ø
Wir n
Ihr t
Sie/sie n

 

I. Les auxiliaires

 

Il suffit d’apprendre un modèle pour chaque auxiliaire :

- Pour l’auxiliaire « haben », on a « ich hatte ».

- Pour l’auxiliaire « sein », on a « ich war ».

- Pour l’auxiliaire « werden », on a « ich wurde ».

On peut s’aider de l’anglais pour les auxiliaires « haben » et « sein » avec au prétérit « i had » et « i was ».

 

II. Les verbes de modalités

 

Ils permettent d’indiquer les modalités d’une action : pouvoir, devoir, vouloir, etc. Voici quatre modèles à apprendre qui peuvent aider pour la conjugaison des autres personnes :

- Pour « müssen » (comme « dürfen »), on retire le « umlaut » et on a « ich musste » au prétérit.

- Pour « sollen » (comme pour « wollen »), on a « ich sollte » sans « umlaut ».

- Pour « können », on a « ich konnte ».

- Pour « mögen », on a « ich mochte ».

Sur tous les verbes de modalité, au prétérit, on enlève le « umlaut ».

 

III. Les verbes faibles

 

Il faut regarder si le verbe ne figure pas sur la liste des verbes forts. S’il n’y figure pas alors c’est un verbe faible. Ils sont plus simples à conjuguer (par exemple « spielen »).

Pour conjuguer un verbe faible au prétérit, on commence par prendre le radical du verbe (par exemple pour « spielen » c’est « spiel- »). Ensuite on vient intégrer le suffixe « -te » qui permet de marquer le prétérit (« spielte »). Finalement, on ajoute la terminaison verbale du prétérit. Cela dépend de la personne. Pour « ich », elle n’existe pas.

 

IV. Les verbes forts

 

Ils sont tellement forts qu’ils possèdent eux-mêmes leur propre terminaison du prétérit contrairement aux verbes faibles. Ici, le radical se trouve sur la liste des verbes forts.

Par exemple pour le verbe « aller » qui est « gehen », on a « ging ». On y ajoute la terminaison du prétérit selon la personne. Avec « ich », il n’y en a toujours pas. Avec « du », on a « du gingst ».