Terminale > Histoire-Géographie > Dynamiques géographiques des grandes aires continentales > Annale - Étude critique de documents : Japon et Chine

ANNALE - ÉTUDE CRITIQUE DE DOCUMENTS : JAPON ET CHINE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Japon - Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

On doit considérer l’interdépendance qui unit la Chine et le Japon

 

I. Les deux géants de l’Asie

A. Le poids de la population

La Chine pèse 1,3 milliards d’habitants et la diaspora chinoise est très importante car c’est un moyen de la puissance chinoise en dehors de ses frontières.

Le Japon est beaucoup moins peuplé mais contient tout de même 120 millions d’habitants, avec une croissance faible.

B. Les deux puissances majeures de l’Asie...

Ce sont les 2e (Chine) et 3e (Japon) puissances économiques mondiales.

Le Japon est une puissance établie alors que la Chine est une puissance ascendante encore en mouvement.

C. ...aux histoires différentes

Ces deux niveaux de développement ont été obtenus à l’aide d’histoires différentes puisque le Japon a toujours été un État capitaliste et libéral qui s’est développé sous la tutelle des États-Unis. Alors que la Chine a connu une longue période maoïste et elle est toujours considérée aujourd’hui comme un État communiste, mais avec une croissance très forte.

 

II. Des ambitions mondiales

A. Au plan économique

Ces ambitions sont importantes, les deux États représentent 20 % de la richesse mondiale mais ils sont spécialisés dans des domaines différents. La Chine est toujours considérée comme l’atelier du monde alors que le Japon est une grande puissance innovante dans laquelle la recherche et le développement tiennent une place importante.

B. Au plan géopolitique

C’est davantage au Japon de rattraper son retard, car on le considère comme un nain politique, dépourvu d’une force armée véritablement importante, ne détenant pas l’arme nucléaire (au contraire de la Chine) et ne bénéficiant pas d’un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU. Mais le Japon a l’ambition de combler son retard en participant à des interventions militaires dans la région de l’Asie du Sud-Est.

C. L’exercice d’un soft power

Le Japon est devenu expert en soft power depuis la grande crise des années 1990 puisqu’il a réorienté vers l’expression d’une culture que le monde entier connaît. C’est ce qu’on appelle le Cool Japan : mangas, gastronomie japonaise, design, etc.

La Chine, qui a du retard, essaie de le combler, notamment par l’édification de l’institut Confucius dans le monde entier. Mais elle doit composer avec une réputation moins bonne que celle du Japon, car la Chine est toujours une dictature, loin de respecter les droits de l’homme.

 

III. Une concurrence régionale

A. Une rivalité économique

La Chine qui n’est pas véritablement le leader économique de la région au niveau de l’innovation, entend rattraper son retard sur le Japon.

Complémentarité de ces deux économies : les deux États sont les principaux partenaires commerciaux l’un de l’autre.

B. Une rivalité stratégique

L’histoire des relations entre les deux pays est très douloureuse. Le Japon a exercé sa domination de façon très violente sur la Chine, des années 1930 à 1945 et encore aujourd’hui la plaie n’est pas refermée. La Chine reproche au Japon de ne pas faire amende honorable pour la politique expansionniste et criminelle qu’il a eu durant cette période.

Mais le problème géopolitique majeur actuel est celui des îles de la Mer de Chine, revendiquées par les deux pays et qui sont l’objet de tensions car elles déterminent les ZEE (Zones économiques exclusives)avec des ressources maritimes exploitables dont chacun des deux États peut se prévaloir.

C. Surmonter les vulnérabilités

Les vulnérabilités qui affectent ces deux États sont :

- d’ordre économique, pour la Chine qui connaît des inégalités sociales très fortes et en partie pour le Japon qui connaît une forte stagnation depuis une vingtaine d’années,

- d’ordre politique, pour la Chine qui a une image négative dans le monde,

- d’ordre environnemental, pour la Chine avec la pollution et pour le Japon avec la répétition de catastrophes naturelles (Fukushima).

Quelles solutions ? La coopération régionale peut être une perspective d’avenir, par exemple avec l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), à laquelle la Chine et le Japon appartiennent depuis que l’ASEAN a été agrandi à trois nouveaux États.

 

Conclusion : Quel est le devenir de la Chine et du Japon dans le cadre d’une association d’États plus importante ? Une association au niveau de l’Asie du Sud et de l’Est qui comprend des États émergents comme l’Inde ou comme les États de la péninsule indochinoise.