Terminale > Histoire-Géographie > Les échelles de gouvernement dans le monde > La gouvernance économique mondiale depuis 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La gouvernance économique mondiale depuis 1944

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Gouvernance : gestion des affaires économiques internationales au moyen d’organisations, de règlements. La gouvernance ne fonctionne pas avec des lois.

La conférence de Bretton-Woods en juillet 1944 donne le départ d’un nouvel ordre économique monétaire international.

Pourquoi a-t-il paru nécessaire à la fin de la Seconde Guerre mondiale de créer un nouvel ordre économique, cette fameuse gouvernance économique mondiale ? Et quelle a été l’évolution de cette gouvernance (alors que le contexte économique du monde a beaucoup changé : crises dues à la mondialisation et à l’apparition de nouveaux acteurs) ?

Depuis 2008, le monde est plongé dans une situation de crise. Cette crise n’est-elle pas révélatrice de l’échec de la gouvernance économique mondiale ?

 

I. Le temps de la régulation (1944-1971)

Août 1971 : dévaluation du dollar opérée par le président Nixon qui conduit à la fin du système de Bretton-Woods.

A. Mettre fin aux désordres économiques

En 1919, la SDN (Société des Nations) fraîchement créée est incapable de gérer les problèmes économiques internationaux, d’autant plus que les États-Unis n’en font pas partie.

Crise de 1929 et des années 1930 avec les politiques protectionnistes, les dévaluations compétitives, etc., autant de problèmes qui, selon les experts de l’époque, mènent directement à la Seconde Guerre mondiale et qu’il faut donc résoudre.

B. Un système à l’initiative des États-Unis

En juillet 1944, à la conférence de Bretton-Woods, les américains parviennent à imposer leur vision des choses (leur puissance économique est prédominante à l’époque).

Il y est décidé que :

- le dollar devient la monnaie pivot du système monétaire international, c’est la seule monnaie convertible en or,

- les possibilités de fluctuation entre les monnaies sont fixes.

Deux organisations sont créées pour venir en aide aux États défaillants :

- le FMI : Fonds Monétaire International

- le BIRD : Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement

L’ONU, créée en 1945, participe aussi à cette gouvernance via le GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) qui veille en 1947 à l’abaissement des droits de douane entre les pays membres.

C. La gouvernance économique mondiale dans un monde fragmenté

C’est l’époque du début de la Guerre froide et les pays du bloc de l’Est refusent ce système et créent, à l’initiative de l’Union soviétique, un Conseil d’Assistance Économique Mutuel (CAEM), organisation économique regroupant les démocraties populaires.

Dans les années 1960, c’est l’émergence du Tiers-Monde qui refuse certaines des règles économiques de cette gouvernance internationale et qui fonde le groupe des 77, qui demande une économie plus juste et plus favorable aux pays producteurs de matières premières.

 

II. Le temps de la dérégulation (depuis 1971)

Cadre mondialisé, plus libéral.

A. L’effondrement du système de Bretton-Woods

Les États-Unis ont énormément dépensé pour financer la Guerre du Vietnam et la conquête spatiale. Ils ont créé un déficit considérable qui engendre la perte de la confiance qu’on avait dans le dollar.

En août 1971, le président R. Nixon est contraint de dévaluer le dollar, ce qui met un terme au système de Bretton-Woods.

En 1976, avec les Accords de la Jamaïque, on passe à un système de changes flottants qui crée un désordre monétaire. Dans le même temps, le monde traverse des crises économiques (années 1970) que la gouvernance mondiale ne semble pas pouvoir résoudre.

B. L’évolution du contexte international

De nouveaux acteurs économiques émergent, par exemple avec les quatre dragons asiatiques (Corée du Sud, Hong Kong, Taïwan, Singapour).

La mondialisation s’accélère et les échanges s’intensifient. C’est le rôle de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), qui reprend en 1995 le rôle du GATT, d’intensifier les échanges.

Dans certains pays, les politiques sont délibérément libérales, favorables aux intérêts financiers et empêchent le contrôle des activités économiques dans le monde : l’Angleterre de Margaret Thatcher, certains États des États-Unis.

C. La rechute d’une nouvelle régulation

En 1975, création du G6 avec les grandes puissances industrialisées du monde qui tentent de reprendre en main le contrôle de cette gouvernance. Aujourd’hui, le G6 s’est transformé en G22 avec l’inclusion des  grandes puissances émergentes comme la Chine, le Brésil ou l’Inde.

Les mouvements alter-mondialistes luttent contre une mondialisation financière dérégulée et essaient de proposer des solutions pour recontrôler l’économie mondiale.

 

Conclusion : En 2007, crise des subprimes qui paraît être emblématique de l’échec de la gouvernance économique mondiale.

Qu’est-il resté des bonnes intentions de 1944, qu’en est-il de l’OMC aujourd’hui (les décisions sont souvent bloquées, les États préfèrent s’arranger entre-eux), est-il encore possible de réguler l’économie mondiale ?