Terminale > Histoire-Géographie > Sujets contrôle continu > Le Mercosur (croquis)

LE MERCOSUR (CROQUIS)

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Coopérations, tensions et régulation aux échelles mondiale, régionale et locale

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Il s’agit d’étudier la manière dont la mondialisation est organisée et des institutions internationales et des organisations de coopération régionale qui s’efforcent de réguler, d’améliorer la mondialisation et les rapports entre les États. Le règne de la coopération internationale peut être expliqué par l’histoire et n’allait pas de soi avant la Seconde Guerre mondiale.

 

I. Le règne de la coopération internationale

 

A. Quels fondements ?

C’est après 1945 que la nécessité d’un nouvel ordre coopératif international se manifeste. L’origine réside dans une volonté de paix après le conflit le plus destructeur de l’humanité. Il y a une impulsion américaine, en témoigne le projet de l’Organisation des Nations unies, projet de Roosevelt. Il s’agit d’un projet qui a pour objet de favoriser le libre-échange, la coopération entre les États et le multilatéralisme.

Multilatéralisme : façon communautaire de s’organiser pour favoriser la marche du monde. Il s’oppose à l’unilatéralisme lorsqu’un État décide, seul, de son destin, sans tenir compte de ses partenaires.

 

B. L’ordre de l’ONU

L’ONU a été fondée à la Conférence de San Francisco en juin 1945. Il s’agit d’une organisation multilatérale et supranationale. Cela signifie qu’en principe ses décisions s’imposent aux États membres. Cependant, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’autres institutions sont créées en plus de l’ONU. Elles sont destinées à maintenir l’ordre monétaire et la reconstruction économique dans le monde dévasté par la guerre. Ce sont notamment le Fonds monétaire international (FMI), chargé des problèmes financiers et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement qui, elle, investit dans des projets de reconstruction. Dès 1947, le General agreement of tarif and trade (GATT) est décidé par l’ONU. Il s’agit d’un accord de libre-échange qui, depuis 1995 a été remplacé par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

C. Autres forums internationaux

On peut citer les groupements de pays comme le G7, anciennement G8 avant que la Russie n’en sorte, ou le G20 qui rassemble les 20 premières puissances de la planète et qui sont des forums de discussion.

Il y a aussi des organisations qui défendent des intérêts particuliers comme l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) qui défend les intérêts des pays producteurs et exportateurs de pétrole.

Il y a donc une organisation du monde avec ces grandes institutions internationales, liée au concept de « gouvernance » : une organisation bien comprise, établie sur des bases internationales qui ne correspondent pas à un gouvernement direct et dans lequel des acteurs privés peuvent intervenir.

 

II. Les organisations régionales

 

A. Caractérisation

Ce sont des organisations économiques puisque elles sont toutes des organisations de libre-échange, plus ou moins développées. Certaines organisations se contentent de supprimer des droits de douane entre leurs États membres alors que d’autres poussent l’intégration bien plus loin, notamment lorsqu’on a une union douanière, voire dans le cas de l’Europe une monnaie commune et unique.

 

B. Le modèle de la construction européenne

L’Union européenne a été voulue dès les lendemains de la guerre parce que la priorité était d’assurer la paix entre les pays européens. Elle se met en place rapidement puisque dès 1951 on a déjà une Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et dès 1957 on a une Communauté économique européenne (CEE) dans laquelle les droits de douane ont été aboli entre les pays.

L’UE est aujourd’hui le modèle de construction le plus achevé puisqu’il y a une très forte intégration avec l’existence de monnaie commune pour les États qui font partie de l’Union et par une dimension politique puisque lorsqu’on est membre de l’UE, on a une citoyenneté européenne qui vient se rajouter à la citoyenneté de son pays d’origine. Ce modèle a pu servir pour d’autres organisations régionales.

 

C. La multiplicité des organisations régionales

Sur cette carte, toutes les organisations régionales qui existent dans le monde n’y figurent pas. Il y en a une grande quantité.

cooperationOK

 

Des organisations régionales, comme certaines organisations africaines qui ne figurent pas toutes sur cette carte, ou la multitude d’organisation qu’il y a dans la région des Caraïbes, sont des organisations peu efficaces et qui ont souvent été détournés de leur but originel. Elles se concentrent alors sur des problèmes politique et de maintien de l’ordre.

Il y a toutefois des organisations importantes qui doivent être connues :

- L’Union européenne

- L’ALENA : organisation uniquement de libre-échange nord-américain entre les pays d’Amérique du Nord (États-Unis et Canada) avec le Mexique.

- Le MERCOSUR : organisation des États latino-américains avec le Brésil en tant qu’élément principal.

- L’ASEAN : organisation des États d’Asie du Sud-Est. Elle est initialement une organisation plutôt politique, qui, depuis le début du XXe siècle, a aussi une dimension de libre-échange.

Il y a donc peu d’organisations efficaces même si elles semblent couvrir toute la planète.

 

Dernier élément sur lequel il faut insister : les logiques transfrontalières, c’est-à-dire les coopérations à grandes échelles entre deux États. Ces logiques transfrontalières s’expriment particulièrement dans les organisations régionales, comme les Eurorégions européennes qui font l’objet d’un chapitre cette année. On peut penser à la Mexamérique qui est une interface qui réunit et oppose en même temps le Mexique et les États-Unis au Sud des États-Unis et qui est donc intégré dans l’espace de l’ALENA