Terminale > Philosophie > Initiation à la philosophie > Initiation à la philosophie

INITIATION À LA PHILOSOPHIE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La justice est-elle une affaire d'État ?

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

1. Définir les termes

- Justice : Institution judiciaire en charge de faire appliquer et respecter la loi. En ce sens la justice est très liée au droit positif, c’est-à-dire le droit établi par les Hommes.

Valeur morale : la justice est une vertu, c’est notre capacité à agir avec les autres en respectant l’égalité.

- Être l’affaire de quelque chose : si la justice est l’affaire de l’État c’est que l’État est en charge de son application, de sa mise en œuvre et de sa protection.

- État : l’ensemble des institutions politiques, économiques, judiciaires, etc. en charge d’organiser la vie de la société.

 

2. Opinion commune

On peut se demander ce qu’il se passerait si la justice n’était pas une affaire d’État. Elle relèverait du domaine privé. Et si elle relevait du domaine privé, on ne saurait plus distinguer la vengeance de la justice.

Deux avantages à faire de la justice une affaire d’État :

- l’impartialité : c’est en déléguant à l’État le soin d’appliquer la loi que l’on peut trouver cette impartialité.

- la possibilité physique de faire appliquer la loi : l’État a la force de faire appliquer la loi.

Max Weber définit l’État comme un ensemble d’individus qui possède le monopole de la violence légitime.

Pascal : La justice sans la force est impuissante, là où la force sans la justice est tyrannique.

Il faut mettre ensemble justice et force. Ce qui n’est possible que si l’on fait de la justice une affaire d’État.

 

3. Les limites de la première réponse

La justice de l’État, la loi, est générale. Mais la loi a pour vocation de s’appliquer à des cas particuliers. Et tous les cas particuliers ne se ressemblent pas. L’application de la loi exige une disposition individuelle, c’est-à-dire la capacité à corriger la rigueur de la loi pour l’appliquer de la manière la plus juste possible à la situation. Cette disposition individuelle peut même permettre d'éviter que la loi appliquée devienne injuste dans son application.

Exemple : Ce n’est pas la même chose de voler lorsque l’on est dans la nécessité que de voler lorsqu’on a tout ce qu’il faut déjà pour vivre correctement.

La justice réclame une disposition individuelle, une capacité à avoir un sens du juste qui transcende le droit positif. La justice n’est donc pas que la justice de l’État.

Il faut faire la distinction entre le légal et le légitime :

- Légal : ce qui est conforme à la loi, au droit positif.

- Légitime : ce qui est conforme à l’idée de justice.

Si la justice n’était qu’une affaire d’État il n’y aurait de justice que dans le légal, or on peut parfois trouver une loi injuste, on peut contester la loi parce qu’on estime qu’il y a une justice plus légitime.

C’est ce que fait Antigone en refusant d’obéir à la loi de Créon et en offrant une sépulture à son frère. Elle agit de manière illégale mais non pas illégitime.

La justice est aussi une affaire individuelle, pas seulement de l’État. Il faut bien faire la distinction entre le légal et le légitime.