Terminale > SES > Science économique > Comment expliquer les crises financières ?

COMMENT EXPLIQUER LES CRISES FINANCIÈRES ?

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Quelles sont les conséquences d’une crise sur la croissance ?

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

 

La crise correspond au moment de retournement de la conjoncture généralement dû à un krach. Ainsi, à ce moment de retournement de la conjoncture, se produira une baisse de la consommation des agents économiques et de la production des entreprises. Pour comprendre comment ces crises vont affecter la croissance, il faut se poser deux questions :

- Comment les crises affectent-elles la croissance potentielle ?

- Comment les crises affectent-elles la croissance effective ?

Le schéma représente une situation organisant la croissance potentielle qui est plus stable que la croissance effective car on ne peut pas prévoir à l’avance les fluctuations économiques.

On observe ainsi qu’avant la crise, la croissance potentielle correspond plus ou moins à la croissance effective. Pourtant, la période suivant la crise va inverser le phénomène. La croissance effective sera de plus en plus distancée de la croissance potentielle. La réduction de la consommation, le chômage ou la baisse de la production vont baisser si bien qu’un cycle récessif sera créé.

Croissance potentielle : c’est la croissance maximum que l’on pourrait avoir en utilisant tous les facteurs de production, sans avoir d'inflation.

Croissance effective : c’est la croissance observée.

 

À court terme, on observe donc que la crise a un impact immédiat sur la croissance.

À long terme, la crise aura aussi un effet sur la croissance potentielle. Il y aura une perte de la qualification des individus du fait des licenciements et de la baisse de l’investissement des entreprises. De facto, seront observées une baisse de la population active et donc de la consommation des ménages. On parle alors d’un effet d’hystérèse qui correspond à une phase d’augmentation durable du chômage alors même que ces causes ont disparu. Par ailleurs, les entreprises ne vont plus investir et seront donc moins efficaces dans la production. La crise aura peut-être aboutie à faire sortir certaines catégories de personnes telles que les plus diplômés qui s’expatrieront ou les femmes qui sont celles qui devront plus généralement quitter leur emploi pour assumer le foyer.

Ainsi, la croissance effective sera aussi affectée par la crise à court terme. On parle alors de conséquences conjoncturelles de la crise dont les effets se font ressentir immédiatement. Concernant la croissance potentielle, les effets seront à moyen et long termes de telle sorte que les potentialités de croissance seront amoindries. On parle alors des conséquences structurelles de la crise.