Terminale > SES > Science économique > Stage - Comment lutter contre le chômage ?

STAGE - COMMENT LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE ?

Exercice - Institutions et politiques de détermination des salaires



L'énoncé

Document : "Institutions et politiques de détermination des salaires"

[...] Les systèmes de fixation des salaires influent sur le chômage non seulement de façon indirecte, via leur interaction avec la fiscalité du travail, mais aussi de façon plus directe. S’il est fixé à un niveau modéré, un salaire minimum légal aura en principe un effet négligeable sur l’emploi. En revanche, un salaire minimum obligatoire d’un niveau élevé risque d’exclure les travailleurs les moins productifs de l’emploi, voire de la population active si, comme les jeunes ou les femmes peu qualifiées, ces travailleurs ont un lien plus ténu avec le marché du travail. Les recherches menées par l’OCDE ne permettent pas de conclure que d’une manière générale, dans l’ensemble des pays de l’OCDE, le salaire minimum légal a des effets directs sur l’emploi total. Cela confirme le caractère relativement peu concluant des résultats des autres études consacrées à cette question.

Les effets sur l’emploi de la structure des négociations de salaires collectives sont complexes. D’un côté, on considère souvent que des négociations salariales décentralisées au niveau des entreprises favorisent l’emploi, en évitant des revendications salariales excessives qui entraîneraient des pertes de parts de marché au profit de concurrents et seraient donc préjudiciables à l’emploi. D’un autre côté, dans les systèmes de négociation très centralisés ou coordonnés, les parties en présence sont vraisemblablement plus conscientes des effets néfastes que des pressions salariales excessives pourraient avoir sur l’inflation et l’emploi global. Ceci peut alors faciliter la modération salariale et la création d’emplois. De ce point de vue, les systèmes intermédiaires fondés sur des négociations de branche non coordonnées produisent sans doute les moins bons résultats, car ils ne bénéficient ni des avantages des systèmes centralisés/coordonnés ni de ceux des négociations décentralisées. Les négociations à un niveau intermédiaire peuvent avoir des effets particulièrement négatifs lorsque les pouvoirs publics interviennent de façon directe dans la détermination des salaires en étendant l’application des conventions collectives à l’ensemble d’une branche, comme c’est le cas dans plusieurs pays d’Europe continentale. Ces extensions empêchent la concurrence de modérer les revendications salariales et de stimuler la demande de main-d’œuvre.

Certaines études empiriques confirment l’hypothèse selon laquelle le marché du travail fonctionne mieux avec des systèmes décentralisés ou centralisés/coordonnés qu’avec des systèmes intermédiaires. Des recherches plus récentes réalisées à l’OCDE mettent en évidence les avantages que présentent, du point de vue de l’emploi, les régimes très centralisés et/ou coordonnés. Par comparaison avec les autres régimes, ils se traduiraient par des taux de chômage inférieurs de 1 à 1½ point en moyenne.

Source : « Chapitre 4. Les effets des politiques et des institutions sur l'emploi », Réformes économiques, 2007/1 (n° 3), p. 133-148. URL : https://www.cairn-int.info/revue-reformes-economiques-2007-1-page-133.htm


  • Question 1

    Présenter le document.

  • Question 2

    Quelles sont les conséquences d'un salaire minimum élevé et pourquoi ?

  • Question 3

    A quelle condition la fixation d'un salaire minimum n'a pas d'effets délétères sur le chômage ? Expliquer.

  • Question 4

    Selon le document, l'intervention de l'Etat dans la négociation est-il forcément négatif ?

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.