Terminale > SVT > Génétique et évolution > Brassage des allèles et diversité

BRASSAGE DES ALLÈLES ET DIVERSITÉ

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Hétérozygote vs homozygote

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les adjectifs qualificatifs hétérozygote et homozygote sont utilisés uniquement dans le cas d’organismes diploïdes ou diplontes qui présentent au sein de leur génome nécessairement deux versions d’un gène.

 

I. Définitions

 

- Définition d’un gène : La définition “morceau d’ADN codant pour une protéine” est peu juste car on sait qu’un gène peu coder pour plusieurs protéines. On considère qu’un génome humain est composé de 22 000 gènes. Le protéome humain est composé d’environ 100 000 à 1 million de protéines. Un gène code donc beaucoup plus que pour une protéine. L’expression des gènes est le fait que les gènes peuvent parfois ne pas s’exprimer ou très peu. Le gène est une unité fonctionnelle de transmission.

- Définition d’allèle : un allèle est une version d’un gène.

- Définition du génome : le génome est l’ensemble des gènes. Au sein d’une espèce, on a tous les mêmes gènes et donc le même génome.

- Définition du génotype : le génotype est l’ensemble des allèles d’un individu. Au sein d’une espèce, chaque individu a un génotype qui lui est propre.

 

II. Hétérozygote ou homozygote ?

 

heterozygote

 

Ce gène occupe un lieu donné, un locus, sur un chromosome. Il peut avoir plusieurs versions. Par exemple, sur le chromosome rouge, on a soit la version A (noir) soit la version a (hachuré).

On prend un phénotype sauvage (fréquent) que l’on compare à un phénotype mutant (rare).

Pour le phénotype sauvage, si l’on regarde son génotype : il peut être A//A dans le cas d’une homozygotie, ou il peut être A//a dans le cas d’une hétérozygotie. Lorsque ce type d’individu s’exprime, il peut exprimer soit deux fois le même allèle (homozygote), soit deux allèles différents (hétérozygote). Le génotype sauvage peut être A//A ou A//a. On en déduit que l’allèle A est dominant sur l’allèle a. A est celui qui s’exprime totalement ou le plus.

Le phénotype mutant ne pourra s’expliquer dans le cas d’un phénotype monogénique que lorsque l’allèle a est en double exemplaire : homozygotie a//a.

 

Conclusion

 

Un locus peut avoir plusieurs versions alléliques (A ou a). Être homozygote pour le gène signifie porter deux fois le même allèle : A//A ou a//a. Être hétérozygote c’est avoir deux versions différentes du même gène : A//a. Ici, l’allèle A étant dominant, c’est ce caractère associé au gène qui s’exprime. Parfois, l’allèle A s’exprime autant que l’allèle a : on parle de codominance. Cela peut amener à un phénotype nouveau avec une expression équivalente des deux allèles au sein de l’organisme.