Troisième > Français > Annales > Annale - Analyse d'un texte de Giono et d'une œuvre de Stora

ANNALE - ANALYSE D'UN TEXTE DE GIONO ET D'UNE ŒUVRE DE STORA

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Comparaisons et métaphores

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Une comparaison et une métaphore sont des figures de style qui visent à rapprocher deux termes. Ces deux termes sont qualifiés de comparé et de comparant. Le comparé est ce dont je parle. Le comparant est la chose à quoi je le compare.

 

I. Exemples

 

Dans le cas d’une comparaison, il faut utiliser un outil de comparaison. Exemple : « Cette femme est belle comme une rose ». « la femme » est le comparé, c’est ce dont je parle ; « la rose » est le comparant ; « comme » est l’outil de comparaison qui permet grammaticalement de rapprocher les deux termes.

Autres outils de comparaison : « semblable à », « ainsi que », « tel que » ou d’autres termes qui permettent de lier le comparant et le comparé.

Dans la métaphore, il n’y a pas d’outil de comparaison. Exemples : « La jeunesse est une rose » (mise en garde). Il y a une affirmation de l’équivalence entre le comparé (la jeunesse) et le comparant (la rose). « L’amour est une maladie » (tragique) : équivalence entre le comparé (l’amour) et le comparant (la maladie). « Cueillez votre jeunesse » : la jeunesse est le comparé, mais le comparant est implicite, il n’apparaît pas. C’est seulement à cause du verbe « Cueillez » qu’il est possible de comprendre que la jeunesse est comparée à une fleur. Donc un comparant peut être implicite.

 

II. Interprétations

 

L’interprétation de ces figures se fait en fonction du contexte. Il faut toujours prendre en compte l’intégralité du texte pour pouvoir interpréter les figures de style. Il faut se demander ce que l’auteur a voulu dire du comparé en employant ce comparant particulier : quels sont les points communs entre comparé et comparant ?

« La femme est belle comme une rose » : le point commun entre la femme et la fleur est la beauté. Il s’agit d’un éloge de la femme dont on parle. Il peut y voir d’autres traits implicites, puisque une rose a des épines, elle peut être une fleur fragile. Donc, il peut y avoir d’autres attributs qui sont sous-entendus et qui vont s’appliquer à cette femme qui peut être belle, mais aussi dangereuse.

« Cueillez votre jeunesse » : dans cette métaphore, le point commun que peut avoir la jeunesse et la rose est la beauté, mais aussi la fragilité, l’éphémérité. Il s’agit plutôt d’une mise en garde. Comme la rose, la jeunesse ne dure qu’un instant. Il faut profiter de la jeunesse parce qu’elle est fragile comme une fleur.

« L’amour est une maladie » : L’amour est comparé à une maladie. Leur point commun est le fait qu’une maladie est quelque chose qu’on attrape sans l’avoir voulu. Il y a une représentation de l’amour qui arrive sans l’avoir voulu. La maladie ronge le corps et entraîne vers la mort. Donc il y a une vision tragique de l’amour : un amour qu’on ne décide pas d’éprouver et qui est lié au destin, au malheur, et à la mort, comme c’est le cas dans les tragédies.

 

III. Deux cas particuliers de métaphores

 

La personnification est une métaphore qui compare un objet inanimé (le comparé) à une personne vivante (le comparant).

La réification compare une personne vivante (le comparé) à un objet inanimé (le comparant). Elle est l’inverse de la personnification.