Les Caractères, La Bruyère

Le commentaire linéaire à l'oral

I. Définition

 

Le terme linéaire vient du mot ligne. Une progression linéaire est une progression par ligne, en suivant l’ordre du texte.

 

II. Différence commentaire composé/linéaire

 

Le commentaire linéaire est une composition à partir de l’ordre du texte tandis que le commentaire composé se construit autour de plusieurs éléments présents dans le texte, selon un agencement logique et personnel. Un commentaire composé consiste donc à prendre des éléments du texte et de les articuler autour d’un axe de lecture. L’axe de lecture s’apparente à une thématique clé du texte ou de son contexte, comme par exemple un texte romantique. Dans un commentaire linéaire, l’explication se fait en fonction des décisions de l’auteur. Il ne s’agit plus de rechercher de grandes thématiques communes au texte mais d’analyser le texte en fonction de son articulation. Pour construire le plan, il faut suivre le plan du texte.

 

III. Comment s’y prendre le jour J ?

 

Voici quelques pistes pour construire un commentaire linéaire. Ces étapes se réalisent au brouillon.

 

A. Découper le texte

Avant d’en dégager les grandes parties, il faut s’interroger sur le mouvement du texte. Le mouvement du texte correspond à l’articulation des parties et à leurs cohérences internes. Afin de faciliter la découpe du texte, il est conseillé de trouver un titre pour chaque partie, au fur et à mesure. Par exemple, une première partie peut avoir comme titre un dialogue romantique tandis que la deuxième partie peut avoir comme titre un coup de théâtre tragique et la troisième partie une esquisse de réponse.

 

B. Entrer dans le détail du texte

Pour ce faire, vous devez commenter chaque partie du texte, phrase par phrase. Attention, le but de ce travail n’est pas de citer les phrases telles qu’elles sont inscrites dans le texte mais de trouver des paraphrases permettant d’en expliquer le sens. Ce travail permet également de relever le style du texte comme les figures de styles ou les temps des verbes (passé, présent, subjonctif, etc.). Enfin, l’analyse méthodique des phrases doit aussi être l’occasion de relever les références de l’auteur. Il peut s’agir de références à l’Histoire, à la littérature, etc. Ces références ne sont pas forcément explicites dans le texte, il faut donc faire appel à sa culture générale pour déceler les références dissimulées par l’auteur. Ce deuxième temps de préparation au brouillon permet de trouver des éléments argumentaires.

 

En définitif, l’enjeu de ce commentaire linéaire est la compréhension du texte. Il ne s’agit pas d’une interprétation. L’interprétation a lieu dans un commentaire composé. Attention à ne pas se tromper.

Les Caractères, La Bruyère - Oral

Questions pour l’oral

 

Quel portrait vous a le plus plu ?

On pose souvent des questions sur votre goût. Les Caractères regroupe une série de portraits mais il n’y a pas que des portraits, il y a aussi beaucoup de maximes et des passages philosophiques qui ne sont pas des portrait à proprement parler mais qui commencent par « celui qui fait ceci… », sans avoir de nom associé. Les Caractères est ainsi une œuvre protéiforme, donc si l’on vous demande quel est votre portrait préféré, cela restreint votre choix. En effet, il va falloir trouver un portrait avec un nom associé. Par exemple : Gnathon. Ce portrait est intéressant car très bien écrit. Gnathon vient d’un mot grec signifiant « la mâchoire ». Le personnage connaît les bonnes manières qu’il faut tenir à table mais ne les respecte pas (il vide les plats et se sert directement dedans, se tache, etc.). Choisissez un portrait qui vous parle et sur lequel vous pourrez répondre avec précision.

 

Que savez-vous de l’art du portrait au XVIIe siècle ?

La formulation est ambiguë, on peut d’abord vous demander ce que vous savez de la pratique du portrait écrit (ou même oral) au XVIIe siècle, en termes de mondanités. Vous savez que dans les salons littéraires des précieuses, on pratiquait le jeu de l’art du portrait : on faisait un portrait avec les défauts et les qualités d’une personne et il fallait deviner de qui il était question. Ce jeu était souvent fait pour se moquer d’une personne absente. En termes de littérature, on trouve l’art du portrait dans les romans (La Princesse de Clèves avec le portrait du personnage éponyme), dans les fables (Fables de La Fontaine avec les portraits d’animaux). On peut également interpréter la question au sens pictural : l’art du portrait en peinture. Par exemple avec le portrait officiel de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud. Au XVIIe siècle, il est à la mode de faire des portraits (à la fois des nobles mais aussi des bourgeois), ce genre atteint son apogée au XIXe siècle.

 

Comment adapteriez-vous ce genre aujourd’hui ?

Le genre des Caractères a été adapté sur Instagram par une humoriste dont la chaîne s’appelle @les.caracteres. Elle y incarne différents personnages en modifiant sa voix, en se déguisant, en déformant son visage avec des filtres. Elle leur fait tenir des propos en lien avec les qualités ou les défauts qu’on leur attribue. Le but est de se moquer de quelqu’un ou d’un type de personne.

 

Quels autres auteurs du même genre et du même siècle connaissez-vous ?

Il faut rester dans la littérature d’idées, on peut donc penser à La Fontaine avec ses Fables mais aussi à Charles Perrault avec ses contes (qui ont une morale à la fin). Il y a aussi Madame d’Aulnoy qui est une des inventrices du conte de fées. On peut également citer les Maximes de La Rochefoucauld, qui est également un moraliste du Grand Siècle, tout comme La Bruyère.