Les écritures de soi

L’écriture de soi est un type d’écriture qui fait appel au récit, mais c’est aussi un genre de récit.

 

Période

à partir du XVIe siècle (autour de 1500).

 

Définition

L’écriture de soi est une mise en récit de sa vie par l’auteur lui-même, de manière chronologique ou ciblée. La manière chronologique est la plus intuitive : l’auteur suit la succession logique des événements. La manière ciblée consiste à choisir un seul épisode sa vie ou une seule dimension de sa vie. La narration est orientée autour de cet événement. Le narrateur passe sous silence un certain nombre d’éléments.

 

Auteurs

Montaigne (XVIe siècle), Rousseau (XVIIIe siècle), Chateaubriand (XIXe siècle), Beauvoir (XXe siècle).

 

Œuvres

– Essais, Montaigne : il se livre à une réflexion à la fois philosophique et autobiographique. Cette œuvre est à mi-chemin entre l’écriture de soi et l’écriture argumentative. C’est à travers Montaigne que s’invente, en littérature française, l’écriture de soi.

– Les Confessions, Rousseau : cette œuvre s’inspire de la démarche de Montaigne et de Saint Augustin. Rousseau cherche un jugement moral, dans ses Confessions. Il y a une réelle dimension de confession, puisqu’il met en avant ses torts par exemple.

– Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand : il livre sa vie mais aussi ses réflexions sur son temps (tout comme dans Mémoires d’une jeune fille rangée). Dans les mémoires, il y a deux plans : celui de la vie de l’écrivain et celui de l’Histoire dans laquelle cette vie s’insère.

– Mémoires d’une jeune fille rangée, Beauvoir : elle part de son enfance jusqu’à sa rencontre avec Sartre.

 

Caractéristiques

– Plusieurs genres : autobiographie, mémoire, essais, etc.

Énonciation à la première personne : en écrivant sur soi, l’auteur affirme nécessairement le « je », dès le seuil de lecture, ce qui va entraîner un pacte de lecture.

– Pacte de lecture : le pacte de lecture autobiographique a été étudié par le théoricien Philippe Lejeune : le lecteur a une position de voyeur et de curieux et il donne du crédit à l’auteur. De son côté, l’auteur s’engage à être sincère, à être transparent (cf. Montaigne / Rousseau qui disent qu’ils vont se livrer). 

 

Thèmes

– Enfance : peut être l’origine de la narration voire le thème principal (Enfance de Nathalie Sarraute).

– Liberté / détermination / vocation : il s’articule une série de variation autour d’une même idée. L’écriture de soi veut montrer ce qui a été fait dans la vie de l’auteur : est-ce que l’écrivain se définit dans une liberté dans son héritage ? Est-ce qu’il montre le côté contraignant de son héritage ? Ou est-ce que l’écrivain a choisi de suivre sa vocation ? Exemple : Simone de Beauvoir parle beaucoup de sa vocation d’être écrivaine, qu’elle ne reçoit pas de l’extérieur, mais de l’intérieur car c’est une vocation qu’elle décide de prendre à son compte. Ces trois chemins (liberté, détermination, vocation) sont très présents car ils sont une manière pour l’auteur de revisiter sa vie, pour y trouver un sens.