Les verbes de modalité - Partie 1

I. A quoi servent les verbes de modalité

 

Ces verbes de modalités servent à exprimer les nuances d’une action donnée.

Par exemple : l’action de nager jusqu’à la bouée. On va pouvoir exprimer une obligation si la personne doit aller jusqu’à la bouée pour valider un brevet de natation ou encore l’idée de capacité, d’autorisation (pouvoir) ou encore l’idée de volonté, de souhait (vouloir). Ces palettes de nuances peuvent être exprimées facilement grâce aux verbes de modalités.

 

II. L’essentiel à retenir

 

En allemand, les verbes de modalité sont au nombre de six :

 

können dürfen müssen sollen wollen mögen
= pouvoir = devoir = vouloir = aimer
capacité, possibilité autorisation nécessité absolue conseil, obligation morale volonté souhait

 

« Können » et « dürfen » expriment tous deux la capacité (pouvoir) mais il y a une nuance. « Können » exprime la capacité ou la possibilité tandis que « dürfen » exprime l’autorisation (comme l’enfant qui est autorisé par sa mère à aller jusqu’à la bouée).

Le verbe « devoir » en français est traduisible de deux façons différentes en allemand : « müssen » et « sollen ». « müssen » c’est la nécessité absolue, ce qui est écrit dans les lois. Par exemple, aller à l’école en France jusqu’à 16 ans est une nécessité absolue. On peut utiliser « sollen » si on parle d’une obligation plutôt morale, une recommandation, un conseil. Par exemple : tu devrais finir tes devoirs avant d’aller jouer.

Il existe deux autres verbes de modalité : « wollen » (vouloir) exprime la volonté et « mögen » (aimer) qui exprime plutôt le souhait.

 

Au niveau de la conjugaison, les verbes de modalité sont très semblables aux verbes normaux sauf pour quelques détails.

Par exemple, voici la conjugaison de « können » au singulier : Ich kann ; Du kannst ; Er/sie/es kann.

Les première et troisième personnes du singulier sont identiques, sans terminaisons.

Au pluriel, on le conjugue comme ceci : Wir können ; Ihr könnt ; Sie/sie können.

 

Pour s’aider, on peut apprendre un exemple du singulier et un exemple au pluriel. Pour le reste des modaux :

Ich darf/wir dürfen

Ich muss/wir müssen

Ich soll/ wir sollen

Ich will/ wir wollen

Ich mag/wir mögen

 

III. Exemples pratiques

 

Si on prend la phrase : « Samstags … ich bis 24 Uhr ausgehen ». En français, on peut utiliser le verbe « pouvoir ». En allemand, il faut jauger la nuance entre l’autorisation et la capacité. Ici, on est dans l’autorisation : « Samstags darf fich bis 24 Uhr ausgehen ».

Ensuite, on veut parler des cinq fruits et légumes à manger par jour. En français, on utilisera le verbe « devoir ». Mais en allemand, on a le choix entre « müssen » et « sollen ». C’est plutôt un conseil ici : « Wir sollen täglich 5 Portionen Obst und Gemüse essen ».

Les verbes de modalité - Partie 2

I. Qu’est-ce que la modalisation ?

 

La modalisation est le fait d’exprimer un jugement par rapport à la probabilité d’une information qu’on veut transmettre au destinataire. Les verbes de modalité sont une première possibilité. Il y a aussi des adverbes moins forts qui le font naturellement.

 

II. Les différents degrés de certitude

 

Est-ce que l’information est présentée comme certaine ou alors doit-on prendre de la distance et la présenter comme peu probable ou alors ne pas prendre de position ?

– Si on veut exprimer une forte probabilité (on est sûr de soi), on utilise le verbe de modalité « müssen ». Par exemple, on parle d’une actrice dont on est assez sûr de l’âge. En allemand, on pourra dire : « Sie muss 20 sein. ». On exprime alors une quasi-certitude. On pourrait remplacer ce verbe par des adverbes comme « sicher » et « bestimmt ». On peut aussi utiliser le verbe de modalité « dürfen » quand on est assez sûr de cette information.

– Lorsqu’on est un peu moins sûr, c’est une possibilité, on peut utiliser en allemand le verbe de modalité « können » voire « mögen ». Dans ce cas-là on a : « Sie kann 20 sein ». On pourra utiliser les adverbes « vielleicht » et « wahrscheinlich ».

– Lorsque c’est peu probable voir improbable, dans la distance, on va utiliser « sollen » voire « wollen ». « Sie soll 20 sein ». On peut utiliser l’adverbe « anscheinend ».

 

Il ne faut pas hésiter à utiliser la modalisation avec les modaux ou les adverbes ou les deux.