L’Île des esclaves, Marivaux

Le commentaire linéaire à l'oral

I. Définition

 

Le terme linéaire vient du mot ligne. Une progression linéaire est une progression par ligne, en suivant l’ordre du texte.

 

II. Différence commentaire composé/linéaire

 

Le commentaire linéaire est une composition à partir de l’ordre du texte tandis que le commentaire composé se construit autour de plusieurs éléments présents dans le texte, selon un agencement logique et personnel. Un commentaire composé consiste donc à prendre des éléments du texte et de les articuler autour d’un axe de lecture. L’axe de lecture s’apparente à une thématique clé du texte ou de son contexte, comme par exemple un texte romantique. Dans un commentaire linéaire, l’explication se fait en fonction des décisions de l’auteur. Il ne s’agit plus de rechercher de grandes thématiques communes au texte mais d’analyser le texte en fonction de son articulation. Pour construire le plan, il faut suivre le plan du texte.

 

III. Comment s’y prendre le jour J ?

 

Voici quelques pistes pour construire un commentaire linéaire. Ces étapes se réalisent au brouillon.

 

A. Découper le texte

Avant d’en dégager les grandes parties, il faut s’interroger sur le mouvement du texte. Le mouvement du texte correspond à l’articulation des parties et à leurs cohérences internes. Afin de faciliter la découpe du texte, il est conseillé de trouver un titre pour chaque partie, au fur et à mesure. Par exemple, une première partie peut avoir comme titre un dialogue romantique tandis que la deuxième partie peut avoir comme titre un coup de théâtre tragique et la troisième partie une esquisse de réponse.

 

B. Entrer dans le détail du texte

Pour ce faire, vous devez commenter chaque partie du texte, phrase par phrase. Attention, le but de ce travail n’est pas de citer les phrases telles qu’elles sont inscrites dans le texte mais de trouver des paraphrases permettant d’en expliquer le sens. Ce travail permet également de relever le style du texte comme les figures de styles ou les temps des verbes (passé, présent, subjonctif, etc.). Enfin, l’analyse méthodique des phrases doit aussi être l’occasion de relever les références de l’auteur. Il peut s’agir de références à l’Histoire, à la littérature, etc. Ces références ne sont pas forcément explicites dans le texte, il faut donc faire appel à sa culture générale pour déceler les références dissimulées par l’auteur. Ce deuxième temps de préparation au brouillon permet de trouver des éléments argumentaires.

 

En définitif, l’enjeu de ce commentaire linéaire est la compréhension du texte. Il ne s’agit pas d’une interprétation. L’interprétation a lieu dans un commentaire composé. Attention à ne pas se tromper.

L'Île des esclaves, Marivaux - Oral

L’Île des esclaves de Marivaux est l’une des oeuvres que vous pouvez choisir de présenter à la fin de l’oral du baccalauréat de français. Vous allez présenter l’oeuvre, la défendre ou la blâmer, vous donnez votre avis sur l’oeuvre. À la fin de la présentation, pendant 3-4-5-6 minutes et en fonction du temps pendant lequel vous aurez parlé, l’examinateur va poser des questions sur cette lecture. Ces questions peuvent être des questions de connaissance ou des questions d’avis personnel.

 

I. Questions de connaissance

 

Cette pièce est-elle révolutionnaire ?

Marivaux est un auteur du XVIIIe siècle ; il écrit avant la Révolution française. Dans certaines de ses pièces, et notamment dans celle-ci, il traite de la question du rapport des classes  (classe est un mot employé ici de manière anachronique puisqu’il naît au XIXe siècle) ou du moins du rapport entre les ordres (la noblesse et le peuple) ou entre les conditions (hommes/femmes ; nobles argentés/nobles désargentés ; bourgeois/nobles). Dans cette pièce, Marivaux traite d’un esclave, Arlequin, et de son maître ; les rapports entre le maître et l’esclave vont être inversés. L’esclave va devenir le maître du maître. En ce sens, il est possible de voir une prémonition ou un présentiment par rapport à la Révolution (où la volonté des révolutionnaires va être d’abolir la société des ordres, abolir la hiérarchie sociale mise en place et d’accorder à chacun la place qui lui revient selon son mérite). En ce sens, cette pièce est révolutionnaire.

Mais il est possible de dire que cette pièce n’est pas révolutionnaire puisqu’à la fin de la pièce, l’esclave redevient esclave et le maître redevient maître. Les personnages, l’esclave en premier lieu, disent que tout est pour le mieux et que cet ordre social-là lui convient très bien. De ce fait, il est possible de dire qu’il est contre-révolutionnaire, qu’il va à rebours des idées révolutionnaires.

 

Quel moment de cette pièce vous a surpris ? Pourquoi ?

La notion de surprise est essentielle chez Marivaux quand il écrit des pièces sur les sentiments, sur l’amour. La surprise de l’amour est vue comme étant un type de pièce qu’écrit Marivaux ; il en a écrit cinq sur la notion de surprise de l’amour.

Dans L’île des esclaves, la surprise est différente puisqu’elle ne vient pas de quelqu’un d’amoureux. Elle vient d’un retournement de situation. Au théâtre, un retournement de situation est un moment où tout va être changé : ce qui était blanc devient noir, ce qui était noir devient blanc, ce qui était bien devient mal, ce qui était mal devient bien, etc. Tout est bouleversé. Ici en l’occurence, il y a un premier retournement de situation qui est le fait que l’esclave est dès le départ propulsé maître et le maître est tout de suite propulsé esclave.

Cela se trouve dans l’Acte I scène 1, la scène d’exposition, où ils arrivent sur une île, qui est l’île des esclaves et où l’ordre social est inversé. Ils se retrouvent là à cause d’un naufrage. C’est un premier retournement de situation très rapide et qui peut déjà surprendre.

Autre réponse possible : À la fin, l’esclave redevient esclave de sa propre volonté : Arlequin n’est pas obligé de le faire, il dit qu’il n’est pas capable d’être maître et il demande à Iphicrate de redevenir son maître. Ce dénouement peut aussi surprendre.

Choisissez entre ces deux moments et dites pourquoi est-ce qu’il y en a un des deux qui surprend le plus. Est-ce ce retournement de situation initiale ou ce retour à la normale du XVIIIe qui surprend quelqu’un du XXIe siècle ?

 

II. Questions d’avis personnel

 

Connaissez-vous une mise en scène de cette pièce ? Laquelle ?

La question de la mise en scène est incontournable dans le théâtre. Il faut avoir la curiosité de regarder sur internet ou autre un extrait d’une pièce de théâtre : il faut regarder les décors, les costumes, le jeu (réaliste ? exagéré ?), les effets sonores et visuels, etc. Il faut retenir le nom du metteur en scène et du théâtre où s’est jouée la pièce et la date. Une fois ces trois éléments réunis, vous allez pouvoir la présenter.

Il y a notamment une mise en scène de l’auteur Jean-Luc Lagarce (auteur qui est aussi au programme), qui date de 1994 et qui a été montée à Belfort.

 

Comment transposeriez-vous ce sujet à la société d’aujourd’hui ?

Il faut que vous fassiez travailler votre imagination : c’est quoi un esclave aujourd’hui ? Vous pouvez parler d’esclave moderne, de n’importe quel travailleur précaire, etc. Prenez une cause à défendre qui vous tient à cœur. Transposez le sujet, le retournement de situation, à une situation sur laquelle vous vous seriez renseigné (au niveau politique, économique, sociétal). Il faut travailler en amont à partir de journaux. Qu’est-ce que cela donnerait comme situation si un grand patron devenait ouvrier ? (cf : certaines émissions de télé-réalité qui sont basées sur ce principe).

 

Le retournement de situation final vous plaît-il ?

Il va falloir donner son avis. Le but, dans ce genre de question, est d’argumenter : ça me plait parce que ça montre la logique sous-jacente de cette époque, ou bien ça ne me plait pas que ça revienne à la normale parce que c’est le sens de l’histoire… Il faut trouver son axe et oser affirmer quelque chose.

 

Conclusion

 

Il faut lire la pièce, la mettre en rapport avec des enjeux contemporains et argumenter pour réussir cette épreuve.