L’offre et la demande sur un marché

Comment l'offre et la demande se forment-elles sur un marché ?

Un marché est un lieu réel (un lieu physique dans lequel on peut se rendre) ou fictif (immatériel) sur lequel se rencontrent une offre et une demande pour aboutir à la formation d’un prix d’échange. Par exemple, le marché de l’immobilier, qui n’est pas un marché réel, mais il existe bien un endroit fictif où se rencontrent une offre de logement et une demande de logement. De même, il existe un marché du travail où se rencontrent une offre de travail et une demande de travail. Il y a aussi le marché des fruits et des légumes, qui se tient dans un lieu réel et où on peut aller avec son panier : s’y rencontrent une offre de légumes et une demande de légumes.

 

I. La demande

 

 

La demande est l’ensemble des intentions d’achat des consommateurs. La courbe de demande, représentée sur un graphique avec le prix en ordonnée et la quantité en abscisse, est décroissante. La demande décroit quand le prix augmente : on dit que la demande est une fonction décroissante du prix. Plus le prix est élevé, plus les quantités demandées sont faibles. En revanche, plus le prix est bas, plus les quantités demandées sont importantes.

Deux principaux effets influent sur la demande :

l’effet de revenu : quand le prix augmente, la quantité de biens que je peux me procurer avec mon revenu diminue. Si le prix des places de cinéma augmente, je pourrai à revenu identique acheter moins de places de cinéma.

l’effet de substitution : quand le prix d’un bien augmente, je vais remplacer ce bien par un autre bien similaire, peut-être moins coûteux. Si le prix des places de cinéma augmente, je vais louer des vidéos à la demande. Si le prix du bœuf augmente, je vais acheter du poulet. Ainsi quand le prix d’un bien augmente, la quantité demandée diminue.

 

II. L’offre

 

 

L’offre représente l’ensemble des intentions de vente des producteurs. Du côté de l’offre, plus le prix est élevé, plus les quantités offertes sont importantes. Si le prix est bas, les quantités offertes sont faibles ; si le prix est élevé, les quantités offertes sont plus importantes. La courbe d’offre est donc une fonction croissante du prix.

Cela s’explique par les perspectives de profit. Si les prix augmentent, les perspectives de profit augmentent aussi, on a la perspective de gagner plus d’argent. Cela incite les producteurs à produire en plus grande quantité, voire même faire entrer de nouvelles entreprises sur le marché, ce qui fait augmenter l’offre globale.

 

Conclusion

 

La demande est une fonction décroissante du prix : la quantité offerte décroit quand le prix augmente. L’offre est une fonction croissante du prix : elle augmente quand le prix augmente.

Comment l'offre et la demande se rencontrent-elles ?

La courbe de demande est décroissante en fonction du prix : plus le prix est élevé, plus la quantité demandée est faible ; plus le prix est faible, plus la quantité demandée est élevée.

La courbe de l’offre est croissante en fonction du prix : plus le prix est élevé, plus la quantité offerte est importante ; plus le prix est faible, plus la quantité offerte est faible. 

 

 

I. Point d’équilibre

 

Les courbes d’offre et de demande se rencontrent en un point de coordonnées, par convention (Qe ; Pe). Ce point d’intersection définit la quantité échangée Qe et le prix d’équilibre Pe. On parle de prix et de quantité d’équilibre, car à ce prix avec cette quantité échangée, toute l’offre est satisfaite et toute la demande est écoulée. Il n’y a ni surproduction, ni pénurie : tout le monde est satisfait.

 

II. Déséquilibres

 

Que se passe-t-il si le prix ne correspond pas au prix d’équilibre ? Pour le comprendre, dans la situation 1, le prix est supérieur au prix d’équilibre, et dans la situation 2, le prix est inférieur au prix d’équilibre.

 

A. Situation 1 : le prix est supérieur au prix d’équilibre

Au prix P1 supérieur au prix d’équilibre, la demande D1 est inférieure à l’offre O1. Comme l’offre augmente avec le prix tandis que la demande baisse quand le prix augmente, si le prix est supérieur, la demande diminue et l’offre augmente. On est dans une situation de surproductionune partie de l’offre ne sera pas écoulée.

A ce moment-là, le prix va diminuer, faisant diminuer l’offre et augmenter la demande, jusqu’au point d’équilibre (Qe ; Pe). 

 

B. Situation 2 : le prix est inférieur au prix d’équilibre

Au prix P2 inférieur au prix d’équilibre, l’offre diminue et est inférieure à l’offre d’équilibre, et la demande augmente puisque quand les prix diminuent, la demande augmente. Dans ce cas-là, on est dans une situation de pénurie puisqu’il y a plus de demande que d’offre, et l’offre n’est pas en mesure de satisfaire la demande. A ce niveau de prix là, les producteurs ne fournissent pas suffisamment pour répondre aux demandes des consommations.

Dans ce cas-là, le prix va augmenter, faisant augmenter l’offre et baisser la demande, jusqu’au point d’équilibre (Qe ; Pe). 

Chocs d'offre et chocs de demande

L’offre et la demande peuvent être affectées par des chocs économiques. Un choc est un événement subit et d’ampleur qui affecte les conditions de l’offre et/ou de la demande. Les conditions de l’offre sont par exemple une variation du prix des matières premières. Les conditions de la demande sont par exemple la baisse des revenus, un appauvrissement, une étude marketing qui révèlent les bienfaits d’un produit, etc.

Pour comprendre comment fonctionne un choc, il faut déterminer ce qui est affecté, l’offre ou la demande, le sens de l’impact, positif ou négatif, et la troisième question est l’évolution du prix d’équilibre et des quantités échangées.

 

I. Chocs de demande

 

 

A. Positif

Une étude marketing à fort impact révèle que le chocolat a des effets bénéfiques sur le vieillissement. Soit la situation d’équilibre de départ avec une quantité échangée Q1 et un prix d’équilibre P1. La révélation de l’étude fait augmenter la demande de chocolat. Il n’y a pas de raison que les conditions de l’offre évoluent. La courbe de demande se déplace : pour le même niveau de prix, les acheteurs sont prêts à consommer davantage. Elle rencontre donc la courbe d’offre à un autre point : le prix P2 augmente, ainsi que les quantités échangées Q2. 

 

B. Négatif

En cas de baisse de revenu, on peut avoir l’effet inverse, un choc de demande négatif. Pour le même niveau de prix, les consommateurs sont demandeurs d’une moindre quantité, la courbe se déplace donc dans un autre sens.

 

II. Chocs d’offre

 

 

Un choc d’offre est une modification des conditions de l’offre. En général, les chocs d’offre sont dus à une modification des prix des matières premières.

 

A. Négatif

Exemple, un choc pétrolier. Sur le marché de l’essence, la situation d’équilibre de départ est une quantité échangée Q1 et un prix d’équilibre P1. Les conditions d’échanges du pétrole deviennent plus difficiles. Le prix du pétrole augmente, donc pour le même prix, les offreurs sont prêts à vendre moins d’essence. La courbe d’offre se déplace, et rencontre la courbe de demande à un autre point. Les quantités échangées Q2 diminuent mais le prix P2 augmente. 

 

B. Positif

Au contraire, si les récoltes de blés sont exceptionnellement bonnes, la courbe d’offre peut se déplacer dans l’autre sens, avec des quantités échangées plus importantes et un prix diminué.