Les microbes

Les microbes sont des micro-organismes de l’environnement qui sont pathogènes : ils rendent malade. Les micro-organismes sont des organismes microscopiques. Ce sont de tout petits êtres vivants qu’on ne voit pas à l’œil nu, mais avec un microscope. Ces micro-organismes, il y en a dans tout notre environnement : l’eau, l’air qu’on respire, la terre, sur notre peau, dans notre bouche, sur tous les objets que l’on touche, il y a des micro-organismes. Mais ces micro-organismes ne sont pas tous présents en grande quantité et surtout ils ne sont pas tous pathogènes.

Quand on parle de microbes, nom général du langage courant, on désigne particulièrement les micro-organismes pathogènes. C’est-à-dire qu’ils sont dangereux pour le corps et peuvent donner des maladies. Ces micro-organismes sont principalement des bactéries, des virus et des champignons.

Ces micro-organismes peuvent entrer dans notre corps s’il y a un point de moindre résistance, une porte d’entrée. S’ils y pénètrent, on appelle cela la contamination. En général, cela se fait par une plaie : coupure, brûlure, etc., (là où la peau est abimée et où elle laisse passer les micro-organismes alors qu’en temps normal elle est plutôt imperméable et protectrice).

Ensuite, ils vont s’y multiplier, à condition d’y trouver les conditions adéquates. En général, à la température de notre corps, ces micro-organismes pathogènes prolifèrent beaucoup. S’il y a une prolifération importante, cela débouche sur l’infection, c’est-à-dire la maladie, qui s’accompagne souvent de symptômes, par exemple de la fièvre.

 

Voici trois types de micro-organismes pathogènes :

 

microbes

 

 

Le champignon

Tous les champignons ne sont pas pathogènes. Les levures, que l’on retrouve dans le pain, la bière, etc, ne sont pas pathogènes mais il existe des levures pathogènes, comme par exemple les champignons Candida, qui donnent des maladies appelées mycoses.

Un champignon est une cellule unicellulaire relativement grosse : 10 microns ou µm. 1 micron c’est 1 millionième de mètres. Cette cellule possède un noyau qui contient du matériel génétique sous forme d’ADN et différentes petites structures qu’on appelle des organites. Cette cellule est délimitée par une membrane plasmique (en noir) et pour les cellules de champignons on retrouve encore une paroi (en jaune). Ce champignon, qui mesure 10 µm, est très gros par rapport aux autres pathogènes.

 

La bactérie

La taille de la bactérie est d’environ 1 µm. Elle est sous forme allongée, en bâtonnet, ou sous forme plus sphérique. La bactérie possède aussi une membrane et une paroi mais elle n’a pas de noyau. Les bactéries ont de l’ADN libre dans leur cytoplasme. Ces bactéries sont responsables, par exemple, de la tuberculose, de certaines angines ou otites. Elles sont responsables de maladies traitables par des antibiotiques. C’est contre les bactéries que les antibiotiques sont efficaces.

 

Le virus

Enfin, plus petit de l’ordre de 100 nm de diamètre, on trouve les virus. 1 nm c’est 1 milliardième de mètres. Les virus sont parfois considérés à la limite entre le vivant et le non vivant. Ils sont en général composés d’une capside (sorte d’enveloppe) qui contient, entre autres, des molécules et du matériel génétique. Ces virus sont responsables de maladies, par exemple : des angines, des otites, comme les bactéries, mais aussi de la grippe, de l’hépatite, etc.

Les virus

Les virus sont des micro-organismes pathogènes, ils sont microscopiques et peuvent nous rendre malade. Un virus est plus petit qu’une bactérie, il mesure environ 100 nanomètres. Ces virus sont des parasites cellulaires : ils ont besoin de pénétrer dans les cellules pour se multiplier et ensuite infecter de nouveaux individus.

Les virus ne savent pas se développer en dehors des cellules hôtes. Parfois, ils ne sont donc pas considérés comme des êtres vivants, puisqu’ils ne sont pas capables de se reproduire tout seuls. Ils vont donc infecter un organisme : humain, animal, végétal, et se multiplier dans les cellules de cet organismes, puis ils vont circuler dans cet organisme pour être éventuellement transmis à un nouvel organisme.

 

I. Virose

 

Une virose est une maladie virale, comme par exemple la grippe. Un virus de la grippe possède une sorte de coque externe, appelée capsule ou capside, à l’intérieur de laquelle il y a différentes molécules, et notamment du matériel génétique.

 

 

Autres exemples de viroses : angine virale, varicelle, SIDA (virus du VIH).

 

II. Cycle de développement viral

 

Comment le virus se développe-t-il à l’intérieur d’une cellule qui l’accueille ?

Tout d’abord, le virus entre dans le cellule hôte grâce à des récepteurs (des molécules à la surface de la cellule) : c’est l’infection. Une fois entré, il utilise ce qu’il y a à l’intérieur, notamment le matériel génétique, qui va être transmis dans le noyau, où se trouve le matériel génétique de la cellule hôte.

Le virus est ensuite capable de produire différentes molécules qui vont ensuite être assemblées pour produire de nouveaux virus. Ceux-ci sont alors expulsés à l’extérieur de la cellule et pourront circuler dans l’organisme, comme dans le sang de l’animal, et être transmis à de nouvelles victimes.

Se défendre contre les virus