Cours Stage - Fragmentation des espaces ruraux

Exercice - La fragmentation des espaces ruraux à l'échelle mondiale

L'énoncé

Carte : Les système de production agricole à l'échelle mondiale 

Capture_d’écran_2019-09-03_à_16.36.33


Question 1

À l’aide de la carte ci-dessus et du cours, expliquer la fragmentation des espaces ruraux à l’échelle mondiale.

Le document est une croquis qui représente les différents types de systèmes agricoles dans le monde. Les espaces ruraux ne sont pas uniquement des espaces agricoles, toutefois leur dimension nourricière n’est pas négligeable et, selon le type de système agricole utilisé, les paysages et l’organisation de ces espaces varient grandement. Il est possible de différencier, comme sur la carte, les systèmes d’agriculture productiviste des systèmes d’agriculture vivrière. À l’échelle mondiale, on peut donc considérer que les espaces ruraux sont schématiquement fragmentés en deux grands types d’espaces. L’idée sous-entendue dans le terme de « fragmentation » est donc que les espaces ruraux ne sont pas homogènes à l’échelle mondiale. Nous allons donc présenter ces disparités, les expliquer et enfin les nuancer. 

Sur la carte, deux types d’espaces sont différenciés :

- Les espaces d’agriculture productiviste sont concentrés dans les pays dits « du Nord ». On distingue en effet les pôles de la Triade : Europe, États-Unis, Japon, mais aussi le Canada, l’Australie. Mais également quelques pays émergents qui font partie des BRICS : Brésil et Afrique du Sud. 

- Les espaces d’agriculture majoritairement vivrière sont, quant à eux, situés dans les pays dits « du Sud » : Afrique subsaharienne (à l’exception de l’Afrique du Sud), Asie du Sud-Est, Chine, Inde, Amérique centrale. 

Les espaces « blancs » correspondent à des espaces de déserts ou de montagnes. 

Cette différenciation correspond à une différenciation de développement. Dans les espaces d’agriculture productiviste, les espaces agricoles ont subi des recompositions suite à la démocratisation de la mécanisation de l’agriculture et de l’usage des intrants. Ces espaces ont généralement perdu en population, car l’agriculture productiviste nécessite moins de main d’oeuvre que l’agriculture vivrière. Cette agriculture permet d’avoir des rendements élevés et de dégager un excédent de production destiné à l’exportation. L’agriculture productiviste a souvent été favorisée par des politiques gouvernementales de subventions, comme c’est par exemple le cas dans l'Union européenne avec la PAC (politique agricole commune). 

Au sud, l’agriculture vivrière est majoritaire. Il s’agit d’une agriculture majoritairement destinée à une consommation locale qui emploie beaucoup de main d’oeuvre. Parfois, ce système agricole a également été favorisé par des politiques gouvernementales, comme ce fut par exemple le cas sous la Chine maoïste. Pour éviter un afflux de population vers les villes qui aurait été impossible à gérer, la Chine communiste a mis en place un système de « Hukou », sorte de passeport intérieur qui n’autorisait pas les paysans à se déplacer comme ils le souhaitaient sur le territoire chinois. Dans d’autres pays, la natalité est telle que, malgré un déplacement de population vers les villes, les espaces agricoles désemplissent peu. 

Il faut toutefois nuancer quelque peu ces propos. Les espaces agricoles ne sont pas des espaces figés, et ils sont en constante recomposition. L’intitulé de la légende « agriculture surtout vivrière » est, à cet égard, assez parlante. Les espaces des Suds ne sont pas uniquement dévolus à l’agriculture vivrière. Par exemple, la Chine, dans le cadre de sa politique de « land-grabbing » acquiert des terres en Afrique destinées à l’agriculture d’exportation afin d’assurer sa sécurité  alimentaire future. 

Par ailleurs, dans les Nords, d’autres types d’agriculture émergent, comme l’agriculture raisonnée, l’agriculture biologique ou la permaculture. 

Différencier les espaces ruraux à l’échelle mondiale, c’est aussi gommer les disparités à l’échelle locale. La schématisation est nécessaire pour comprendre les grandes disparités à l’échelle mondiale, mais il faut toutefois compléter l’analyse par une démarche pluriscalaire afin de saisir la complexité de ces espaces, en constante recomposition. 

Structurez votre réponse de la façon suivante : 

Présentation du document, définition des termes du sujet et problématisation.

Analyse, structurée de la façon suivante : 

- Description

- Explication 

- Nuance(s)

Conclusion 

 


Dans ce paragraphe, il convient de présenter les disparités agricoles dans le monde, de les expliquer et enfin de les nuancer.