Cours Stage - Les États-Unis et l'environnement depuis le XIXe siècle

Exercice - Les Etats-Unis et le l'environnement

L'énoncé

Document 1 : Les représentants adoptent une importante loi anti-pollution

Pour l'essentiel, la version 1990 du Clean Air Act vise à réduire la pollution en milieu urbain, à protéger la couche d'ozone attaquée par certains composants chimiques, à réduire les pluies acides, et à éliminer définitivement les produits jugés trop toxiques (au nombre d'environ deux cents). Ainsi, les émissions de gaz d'échappement toxique par les automobiles devront être réduits de 35 % et 60 % respectivement pour les modèles 1994 et 1996.

Les villes dont les normes en matière de pollution atmosphérique sont inférieures aux standards fédéraux, parmi lesquelles la vaste agglomération de Los Angeles, devront prendre les mesures nécessaires pour se conformer aux nouvelles dispositions dans un délai de quinze ans au plus. Il en va de même pour les entreprises polluantes qui devront réduire de 90 % d'ici à dix ans leurs émissions de gaz toxiques.

Ce nouveau texte qui doit encore être signé par M. George Bush pour avoir force de loi, ce qui ne devrait poser aucun problème au "président vert" puisque c'est ainsi qu'il s'est présenté lors de sa campagne électorale, aura d'importantes répercussions techniques et financières sur l'industrie américaine. Compte tenu des améliorations exigées, le coût du "plan vert", voté par les deux Chambres du Congrès cette semaine est estimé entre 23 et 25 milliards de dollars (120 à 130 milliards de francs) par an.

Source : Le Monde, 1990.

Document 2 : Brutal coup d'arrêt au plan Obama pour le climat

"Le coup est rude pour le président américain, Barack Obama. La Cour suprême a suspendu, mardi 9 février, le plan américain pour une énergie propre (America’s Clean Power Plan) que le chef de l’Etat avait présenté le 3 août dans la perspective de la conférence de Paris sur le climat (COP21). Ce plan vise à réduire de 32 % d’ici à 2030 les émissions de gaz à effet de serre liées à la production d’électricité, sur la base de celles enregistrées en 2005. Mesure rare, les cinq juges conservateurs de la Cour, contre l’avis des quatre progressistes, ont estimé que ce programme ne pouvait être appliqué avant la fin d’une procédure de justice intentée par vingt-sept Etats, majoritairement républicains, et par des industriels qui demandent l’arrêt du plan. Une Cour fédérale doit se prononcer sur cette procédure à partir du mois de juin. (...)

Cette guérilla est conduite notamment par le procureur général de la Virginie Occidentale et par un sénateur du Kentucky, deux des trois Etats « charbonniers », avec le Wyoming, où une part écrasante de l’électricité consommée est produite par des centrales à charbon. (...) Il estime que l’agence fédérale chargée de veiller à l’application du plan, l’Environmental Protection Agency (EPA), outrepasse ses droits dans ce qu’il considère comme des affaires relevant de la seule responsabilité des Etats."

Source : Le Monde, Février 2016.


Question 1

Quels sont les objectifs premiers du Clean Air Act ? Quelles préoccupations environnementales révèlent-ils pour les années 1990 et quelles mesures ont été prises ? 

Le document 1 permet de comprendre que le Clean Air Act visait prioritairement l'émission de gaz à effet de serre des voitures et des industries. Le Clean Air Act visait donc particulièrement les rejets de gaz à effet de serre qui sont à l'origine de la détérioration de la couche d'ozone et donc du réchauffement climatique. On sait aujourd'hui que les sources de pollution sont bien plus nombreuses. 

Les mesures prises par le Clean Air Act sont des mesures incitatives et coercitives sous la responsabilité des villes. Il vise particulièrement les villes les plus polluantes comme celle de Los Angeles qui fait partie des "villes dont les normes en matière de pollution atmosphérique sont inférieures aux standards fédéraux".

Question 2

À partir du document 2, comment peut-on comprendre que le Clean Air Act fut un quasi-échec et les difficultés de l'administration d'Obama pour le climat ? 

Le second document est un bon exemple de conflit entre Républicains et Démocrates. S'il est vrai que le Président Bush avait fait quelques timides tentatives pour protéger l'environnement, les Républicains se sont par la suite farouchement opposés aux initiatives du président démocrate Obama. Ce dernier s'était appuyé sur l'EPA (Environment Protection Agency) pour contourner les refus des Républicains. Ceux-ci sont incarnés dans le document par le procureur général de la Virginie et par un sénateur du Kentucky qui se sont opposés au projet d'Obama, à savoir l'America Clean Power Plan, notamment pour des motifs économiques.

Ainsi, le document résume bien les oppositions traditionnelles entre Républicains et Démocrates sur le plan écologique.