Cours Politiques économiques dans le cadre européen
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

L'énoncé

Trouve la bonne réponse, parmi celles qui te sont proposées.


Tu as obtenu le score de


Question 1

Le taux de change dépend principalement…

Du taux d’ouverture, du taux d’inflation et du taux d’intérêt.

Non, le taux d’ouverture n’a pas d’influence directe sur le taux de change car il ne renseigne pas sur l’équilibre de la balance des transactions courantes.

Du taux d’ouverture, du taux de croissance et du taux d’intérêt.

Non, le taux d’ouverture et le taux de croissance n’ont pas d’influence directe sur le taux de change.

Du solde des transactions courantes, du taux d’inflation et du taux d’intérêt.

Oui, chacun de ses facteurs influence directement la demande de monnaie d’un pays et donc son taux de change, c'est-à-dire son prix.

Du solde des transactions courantes, du taux de croissance et du taux d’intérêt.

Non, le taux de croissance n’a pas d’influence directe sur le taux de change.

Le taux de change est le prix auquel s’échangent les monnaies nationales, il dépend donc de l’offre et de la demande de chaque monnaie.

Question 2

La spéculation financière consiste à…

Acheter ou vendre un titre parce qu’il a pris de la valeur.

Non, la spéculation repose sur des anticipations. On ne vend pas parce qu’un titre à pris de la valeur, on l’achète parce qu’on pense qu’il va en prendre.

Vendre un titre parce qu’il a pris de la valeur.

Non, la spéculation repose sur des anticipations. On ne vend pas parce qu’un titre à pris de la valeur, mais parce qu’on pense qu’il va perdre de la valeur.

Vendre un titre parce qu’on anticipe qu’il va prendre de la valeur.

Non, si on pense qu’un titre va prendre de la valeur, on n’a pas intérêt à le vendre tout de suite.

Acheter ou vendre un titre parce qu’on anticipe une variation prochaine de sa valeur.

Oui, la spéculation repose sur des anticipations, les comportements d’achat ou de vente des titres dépendent de leur variation anticipée.

La spéculation financière est une des causes des crises économiques que nous connaissons aujourd’hui (crise des subprimes, crises des dettes souveraines).

Question 3

La Banque centrale européenne a pour objectif…

D’adapter la politique monétaire à la situation de chaque pays de la zone euro.

Non, la monnaie étant commune, il n’est pas possible de mener une politique monétaire différente pour chaque pays.

De favoriser la croissance à l’échelle de la zone euro.

Non, la stimulation de la croissance ne fait pas partie des objectifs de la BCE.

De maintenir la stabilité des prix à l’échelle de la zone euro.

Oui, le conseil des gouverneurs a défini précisément cet objectif en précisant que la BCE doit maintenir l’inflation à l’échelle de la zone euro à un taux proche de 2% à moyen terme.

De favoriser la croissance et de maintenir la stabilité des prix à l’échelle de la zone euro.

Non, la stimulation de la croissance ne fait pas partie des objectifs de la BCE.

Les objectifs de la BCE sont sensiblement différents de ceux de la FED (la banque centrale états-unienne).

Question 4

Le pacte de stabilité et de croissance…

Est un pacte entre tous les pays de l’Union européenne qui limite la possibilité de recourir au déficit budgétaire.

Non, le PSC ne concerne que les pays de la zone euro.

Est un pacte entre tous les pays de la zone euro qui limite la possibilité de recourir au déficit budgétaire.

Oui, le PSC vise à atteindre une certaine harmonisation des politiques budgétaires entre les différents pays membre de la zone euro.

Est un pacte entre tous les pays de l’Union européenne qui limite la possibilité de recourir au déficit budgétaire et les contraints à limiter les variations des taux de change.

Non, le PSC ne concerne que les pays de la zone euro.

Est un pacte entre tous les pays de la zone euro qui limite la possibilité de recourir au déficit budgétaire et les contraint à limiter les variations des taux de change.

Non, la limitation des variations de change était l’un des critères de convergence du traité de Maastricht qui a perdu sa pertinence avec l’adhésion à une monnaie commune.

Le PSC pérennise certains des critères de convergences inscrits dans le traité de Maastricht et qui devaient préparer les économies européennes à l’adhésion à une monnaie commune.

Question 5

La coordination des politiques économiques au sein de l'Union économique et monétaire…

Est achevée grâce au rôle de la BCE et au PSC.

Non, la crise qui secoue la zone euro depuis 2009 montre bien combien la coordination des politiques économiques reste à faire aujourd’hui à l’échelle de l’Europe.

N’est pas un projet, l’UEM visait simplement à créer un marché unique.

Non, dans la mesure où les États européens se sont dotés d’une monnaie unique, il importe qu’ils coordonnent leurs politiques économiques car la situation économique d’un pays membre affecte les autres.

Doit encore être approfondie notamment en renforçant la coopération et la solidarité entre États.

Oui, il importe de reconsidérer les conditions de PSC qui laissent trop peu de marges de manœuvre aux États et ne les incitent pas à se coordonner ni à se montrer solidaires les uns des autres.

Sera achevée quand les pays respecteront les exigences du PSC.

Non, il importe de reconsidérer les conditions de PSC qui laissent trop peu de marges de manœuvre aux États et ne les incitent pas à se coordonner ni à se montrer solidaires les uns des autres.

La crise de la zone euro a apporté d’intéressants enseignements en ce qui concerne la coordination des politiques économiques à l’échelle de l’UEM.