Cinquième > Histoire-Géographie > Société, Église et pouvoir politique dans l'occident féodal (XIe-XVe siècles) > L’ordre seigneurial : formation et domination des campagnes

L’ORDRE SEIGNEURIAL : FORMATION ET DOMINATION DES CAMPAGNES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La société féodale

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Face aux invasions Barbares, les rois carolingiens ne sont pas parvenus à protéger leur population. Les petits seigneurs se sont donc appropriés les territoires qui leurs étaient donnés. Ils les gouvernent seuls, et administrent les populations qui y vivent. Au début du XIe siècle, neuf habitants sur dix sont des paysans. Ils vivent sur les terres d’un seigneur, ces terres sont appelées seigneurie.

Comment les seigneurs affirment-ils leur puissance dans la société médiévale, tout en s’appuyant sur l’Église ?

 

I. Comment se traduit la domination du seigneur sur sa seigneurie ?

 

A. L’organisation de la seigneurie

La seigneurie est divisée en plusieurs parties :

 

Les tenures sont des terres qui appartiennent au seigneur et qu’il loue aux paysans. Les paysans payent donc un impôt et donnent des redevances en nature : une partie des récoltes. Les paysans doivent aussi des corvées au seigneur. Il s’agit de journées de travail obligatoire et non payées.

Les réserves sont les terres personnelles du seigneur sur lesquelles des paysans salariés, ou ceux effectuant leurs corvées, viennent travailler. L’ensemble de ce qui est produit sur ces terres par les paysans appartient au seigneur.

La seigneurie est organisée autour d’un château et d’une église. Tout autour sont installées les habitations des paysans.

 

B. Les défrichements

Au XIe siècle la population d’Europe s’agrandit du fait des récoltes plus importantes, des progrès techniques qui permettent de produire en plus grande quantité. Il devient donc nécessaire d’avoir à disposition plus de terres cultivables. Le Xe et le XIe siècles sont donc des périodes où ont lieu de nombreux défrichements. Des espaces de forêt sont détruits pour installer des champs et des habitations.

 

C. Les relations entre les seigneurs et les paysans

Les relations entre seigneurs et paysans sont très codifiées. Le seigneur a le droit de banc : droit de commander, de juger et de punir. Le seigneur a toute autorité sur les habitants qui résident sur ses terres. Il reçoit de ses paysans de nombreux impôts notamment de l’argent pour l’utilisation des bâtiments qui lui appartiennent : les banalités. Ces bâtiments sont : les pressoirs, le moulin et le four. Ces trois bâtiments sont nécessaires au quotidien pour la population.

 

II. Comment s’organise la vie d’un seigneur ?

 

A. Le seigneur est un chevalier

Le seigneur suit une longue formation pour devenir chevalier. C’est lors de la cérémonie de l’adoubement qu’il devient officiellement chevalier. Cette formation reçue dès sa jeunesse lui permet de savoir combattre à cheval et de participer aux nombreuses guerres, récurrentes au Moyen Âge.

 

B. Les activités du seigneur

Le seigneur participe à la chasse à courre, à des tournois (combats face à d’autres chevaliers) et à des banquets. Les banquets sont des cérémonies où le seigneur montre l’étendue de ses richesses.

L’une des grandes activités de ces seigneurs est la participation à la guerre. Cela signifie qu’ils prennent le risque d’être tués, mais aussi la possibilité d’engranger un certain nombre de richesses, de capturer les seigneurs du camp ennemi et de les relâcher contre une rançon.

 

III. La religion chrétienne marque la vie quotidienne

 

A. L’Église assure le salut des hommes (Jugement dernier)

Le seigneur dirige sa seigneurie, mais il délègue une partie de son pouvoir à l’Église. L’Église représente la communauté des chrétiens et a un rôle important dans la vie des hommes. À cette époque, la quasi-totalité de la population est croyante et catholique. L’objectif des hommes d’Église est d’assurer le salut des hommes. Le salut est la croyance selon laquelle après leur mort, les hommes ont accès au paradis. L’Église se donne donc pour mission de les guider afin qu’ils puissent, lors du jugement dernier, accéder soit au paradis, soit à l’enfer.

 

B. Encadrer la vie des hommes

L’Église encadre la vie de la population. Il s’agit de fêtes et de rites :

- le baptême : entrée dans la vie chrétienne,

- le mariage : entrée dans la vie de couple,

- l’extrême onction : dernière confession avant la mort.

Des cérémonies, prières et confessions ont lieu en l’honneur de Jésus, de la vierge Marie et de tous les Saints considérés comme des modèles qu’il faut imiter pour accéder au paradis éternel.

De manière quotidienne la cloche de l’Église rythme la journée. Les messes sont hebdomadaires, elles font comprendre au chrétien ses devoirs et les actions qu’il doit mener pour obtenir son salut.

 

 

C. L’organisation du clergé

Le clergé correspond à l’ensemble des hommes d’Église, il se divise en deux parties :

- Le clergé régulier : formé par des hommes d’Église qui vivent en communauté et respectent des règles très strictes. Ils ont peu de contact avec la population, et vivent dans la pauvreté. Ils essaient de diffuser la religion chrétienne et de guider les populations vers le salut éternel.

- Le clergé séculier : a pour mission d’encadrer la population. Ils vivent au contact de la population et amènent un ensemble de règles à respecter pour pratiquer correctement la religion.

L’Église impose aux habitants des impôts et notamment la dîme pour son fonctionnement.