Première > Français > Œuvres au programme > Lettres persanes, Montesquieu

LETTRES PERSANES, MONTESQUIEU

Exercice - Lettres persanes, Montesquieu



L'énoncé

Montesquieu, Lettres persanes, 1712

Rica, un Persan en voyage en Europe, écrit des lettres à son ami Ibben. Il lui décrit ici la vie à Paris. Il brosse un portrait satirique du roi de France. Montesquieu dans une préface explique qu’il a découvert ces lettres et qu’il ne les a pas écrites, ce qui est bien évidemment faux.

 

Lettre XXIV

Rica à Ibben

à Smyrne

[...]

Ne crois pas que je puisse, quant à présent, te parler à fond des moeurs et des coutumes européennes : je n'en ai moi-même qu'une légère idée, et je n'ai eu à peine que le temps de m'étonner.

Le roi de France est le plus puissant prince de l'Europe. Il n'a point de mines d'or comme le roi d'Espagne son voisin ; mais il a plus de richesses que lui, parce qu'il les tire de la vanité de ses sujets, plus inépuisable que les mines. On lui a vu entreprendre ou soutenir de grandes guerres, n'ayant d'autres fonds que des titres d'honneur à vendre, et, par un prodige de l'orgueil humain, ses troupes se trouvaient payées, ses places munies, et ses flottes équipées.

D'ailleurs ce roi est un grand magicien : il exerce son empire sur l'esprit même de ses sujets ; il les fait penser comme il veut. S'il n'a qu'un million d'écus dans son trésor, et qu'il en ait besoin de deux, il n'a qu'à leur persuader qu'un écu en vaut deux, et ils le croient. S'il a une guerre difficile à soutenir, et qu'il n'ait point d'argent, il n'a qu'à leur mettre dans la tête qu'un morceau de papier est de l'argent, et ils en sont aussitôt convaincus. Il va même jusqu'à leur faire croire qu'il les guérit de toutes sortes de maux en les touchant, tant est grande la force et la puissance qu'il a sur les esprits.

Ce que je te dis de ce prince ne doit pas t'étonner : il y a un autre magicien plus fort que lui, qui n'est pas moins maître de son esprit qu'il l'est lui-même de celui des autres. Ce magicien s'appelle le pape. Tantôt il lui fait croire que trois ne sont qu'un, que le pain qu'on mange n'est pas du pain, ou que le vin qu'on boit n'est pas du vin, et mille autres choses de cette espèce.

[...]

Je continuerai à t'écrire, et je t'apprendrai des choses bien éloignées du caractère et du génie persan. C'est bien la même terre qui nous porte tous deux ; mais les hommes du pays où je vis, et ceux du pays où tu es, sont des hommes bien différents.

De Paris, le 4 de la lune de Rebiab 1712.


  • Question 1

    A quel genre romanesque appartient ce texte ? Le définir rapidement.

  • Question 2

    Quelle est la thèse du texte ?

  • Question 3

    Quels éléments de la société française sont critiqués ?

  • Question 4

    En quoi ces éléments sont-ils représentatifs de la pensée des Lumières ?

  • Question 5

    En quoi l’origine persane des deux personnages qui échangent est-elle importante ?

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.