Première > Français > Œuvres au programme > Juste la fin du monde, Lagarce

JUSTE LA FIN DU MONDE, LAGARCE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Juste la fin du monde, Lagarce - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

Cette pièce est contemporaine puisqu’elle a été écrite, créée, montée et représentée en 1990, à la fin du XXe siècle.

 

Genre

Le drame n’est ni une comédie ni une tragédie. C’est une pièce où les personnages sont libres d’agir d’une façon ou d’une autre et libres de changer le cours de l’histoire à chaque mouvement, à chaque acte, à chaque scène. Cela s’oppose à la tragédie, où il y a un fatum, une fatalité qui emprisonne les personnages, et à la comédie, parce que le but est d’affronter les obstacles pour réussir à faire triompher quelque chose (exemple : un couple).

Le drame c’est très souvent un personnage principal qui est confronté à un problème important et qui a la liberté de faire un choix ou un autre. Le suspense va porter sur le choix que va faire le personnage et les conséquences de ce choix.

 

Mouvement

Théâtre contemporain, héritier de Beckett et de Ionesco. La pièce est encore trop récente pour lui assigner un mouvement. En général, les mouvements littéraires sont une étiquette mise sur les pièces bien longtemps après que les auteurs soient morts. Cela ne fait qu’une trentaine d’années que cette pièce a été jouée, il n’y a pas assez de recul pour savoir qui fait la même chose que Lagarce et quelle étiquette pourrait être mise sur son théâtre.

Lagarce se réclamait l’héritier de Beckett et de Ionesco, deux auteurs du début et du milieu du XXe siècle. Ils sont associés au théâtre de l’absurde : l’absurde de la communication, la difficulté des personnages à communiquer, à se comprendre - absurdité qui se retrouve aussi dans le théâtre de Jean-Luc Lagarce.

 

Auteur

Jean-Luc Lagarce (1957-1995), comédien à l’origine, metteur en scène, meurt du sida.

 

Moments-clés

- Pitch : Il s’agit d’un personnage, Louis, qui est atteint du sida et qui sait qu’il va bientôt mourir. Il a coupé les liens avec sa famille depuis des années ; il revient pour un repas pour leur annoncer sa mort prochaine (d’où le titre Juste la fin du monde), pour annoncer la fin de son monde à lui, sa disparition.

- Affrontement entre Antoine et Louis : Antoine est le frère de Louis, il est très en rivalité avec Louis, il est très jaloux de Louis. Ce n’est pas un dialogue, mais un affrontement puisqu’Antoine va être agressif avec Louis, il va occuper tout l’espace, il va monopoliser la parole, il va très peu s’intéresser à Louis (même si c’est plus complexe que ça).

- Dialogue entre Suzanne et Louis : Suzanne est la soeur de Louis. Louis est parti trop tôt pour connaître Suzanne puisqu’elle était encore petite. Il va la découvrir jeune adulte. Elle l’attend depuis des années, elle a envie de le connaître. Il se rend compte qu’il est passé à côté de sa sœur. C’est un dialogue émouvant.

 

Thématiques

- Mort : Ce thème de la mort se trouve dans le titre. Il parcourt toute l’œuvre. Il n’est pas si facile que cela à traiter par les personnages ; Louis a beaucoup de difficulté à avancer le sujet de sa mort.

- Communication impossible entre les membres de la famille (mère, frères, sœur, belle-sœur) : Ils passent tellement de temps à se reprocher des choses ou à parler de tout et de rien qu’ils évitent les vrais sujets. C’est en cela qu’il y a le lien de l’absurdité des liens humains avec Beckett et Ionesco.

 

Citation

« Je ne te comprends pas, mais je t’aime. »

C’est ce que dit la mère de Louis à Louis puisque la raison pour laquelle il est parti est cette incompréhension qui existait depuis toujours. Il n’était pas compris de sa famille, il part, il a une vie d’écrivain assez prestigieuse en ville ; quand il revient, l’incompréhension est toujours la même. Mais sa mère affirme qu’il n’y a pas besoin de se comprendre pour s’aimer. Et donc c’est un moment assez important dans la reconstruction, la réconciliation de Louis avec sa famille.

 

Bonus

Film de Xavier Dolan en 2016. Xavier Dolan est un jeune réalisateur, qui s’illustre beaucoup en ce moment. Il a réussi à adapter un texte compliqué, avec beaucoup de silences et de répétitions, de manière à ce que cela semble naturel et que chaque virgule du texte soit comprise. Même si le texte semble parfois difficile à lire, le film est très fascinant et saisissant à regarder.