Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Roman

ROMAN

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Un Barrage contre le Pacifique, Duras - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

1950. Ce livre a été publié au XXe siècle, durant la période de l’après-guerre.

 

Genre

Cet œuvre appartient au genre du roman. On peut ajouter un second genre à ce roman, celui d’autofiction. L’autofiction désigne les textes de littérature contemporaine dont l’histoire se rapproche du vécu de l’auteur. Il s’agit d’un genre à mi-chemin entre la fiction et l’autobiographie.

 

Mouvement

Le roman Un barrage contre le Pacifique s’inscrit dans le mouvement du Nouveau Roman. Ce mouvement est apparu en France durant la période de l’après-guerre. Il s’agit plus d’une appellation regroupant un certain nombre d’écrivains que d’un réel mouvement littéraire puisque les auteurs qui le composent ne se revendiquent pas de ce mouvement. Marguerite Duras entre dans cette catégorie d’auteurs, elle qui n’a jamais prétendu appartenir à ce mouvement et son écriture est très singulière.

 

Auteur

Marguerite Duras est née en 1914, en Indochine. Elle a grandi dans cette colonie française avec sa mère et ses frères. Ses romans retracent son vécu en Indochine, notamment Un barrage contre le Pacifique mais aussi L’Amant. Elle y raconte le contexte politique au travers de son adolescence, période charnière de la vie. Marguerite Duras est également scénariste.

 

Moments-clés

- La description de la tenue et du comportement des colons. Marguerite Duras a été très sensible aux différences de traitement entre les personnes originaires d’Indochine et les colons, Français venus s’installer en terre colonisée. Ces différences étaient visibles par l’habillement et le comportement. Certains colons portent des tenues blanches. Marguerite Duras se moque de ces tenues, symbole de pureté morale portées par des personnes peu scrupuleuses de cette pureté morale.

- La mort du cheval appartenant à la famille. Sa mort n’est que la première d’une série de déboires touchant la famille, qui mènent la mère à la folie. La mère est une française venue pour installer des cultures sur une terre colonisée. Ses cultures sont régulièrement englouties par le Pacifique. Cette femme est incapable de faire barrage au Pacifique. 

 

Thématiques importantes

- Vice et vertu. Marguerite Duras raconte les actes de chacun sans a priori. Elle ne cherche pas à distinguer les bons des mauvais, mais cherche la place de la morale dans ce monde si particulier.

- Folie. La folie de la mère devenue folle en cherchant à faire barrage à cette mer vorace. Après des années d’acharnement pour vivre décemment, elle en devient folle. Cela pose également la question du sens de la vie, comme l’explique Camus dans sa philosophie de l’Absurde.

 

Citation

« Il ne faut pas enfermer les hommes, c’est dans la rue qu’ils sont le mieux »

Cette phrase se rapproche plus du langage oral que de l’écrit. C’est une volonté de l’écrivaine. Sa citation met en opposition l’enfermement à la liberté, à l’image de son auteur et de son écriture libre. Cette opposition est aussi celle d’une mère libre d’élever ses enfants face à une société qui ne lui permet pas de vivre tel qu’elle l’entend.

 

Bonus

Deux films peuvent permettre de compléter cette lecture.

Hiroshima mon amour, scénarisé par Marguerite Duras, et réalisé par Alain Resnais.

L’Amant adaptation cinématographique d’un autre roman de Marguerite Duras, réalisé par Jean-Jacques Annaud. Ce second roman reprend le contexte et les mêmes personnages que le roman Un barrage contre le Pacifique.