Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Théâtre

THÉÂTRE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

En attendant Godot, Beckett - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

Écrit en 1948, publié et joué en 1953.

 

Genre

Cette œuvre appartient au genre du théâtre.

 

Mouvement

Cette œuvre s’inscrit dans le mouvement absurde comme La Peste de Camus ou les pièces de Ionesco.

 

Auteur

C’est en 1948, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, que Samuel Beckett écrit En attendant Godot. Beckett était irlandais, mais vivait en France et écrivait en français. C’est pourquoi son œuvre fait partie de la littérature française. Son premier roman s’intitule Molloy. À la fin de sa vie, il écrit des poèmes. Son œuvre est essentiellement composée de pièces de théâtre, c’est pourquoi il est considéré comme un dramaturge. Il fait paraître ses œuvres aux éditions de Minuit. Ces éditions ont été créées pendant la Seconde Guerre mondiale par un résistant, le nom Minuit fait référence à la résistance, minuit étant l’heure où les résistants s’organisaient. Beaucoup d’auteurs importants de l’après-guerre ont été publiés aux éditions de Minuit.

 

Moments-clés

- Acte I : Retour d’Estragon, qui retrouve Vladimir, le deuxième personnage. Une attente s’installe, sans que le lecteur en sache les raisons. Les deux personnages semblent avoir une existence désordonnée sans foyer, sans travail, et sans famille. Ils attendent un personnage nommé Godot, dont l’identité reste mystérieuse et qui n’explique pas les raisons de leur attente.

- Acte II : Le deuxième jour, Vladimir et Estragon continuent d’attendre Godot. Cependant deux autres personnages viennent à leur rencontre : Pozzo et Lucky. Leur relation ressemble à celle entre un maître et son valet, qui mime la relation au cirque entre le clown blanc étant le maître, ici Pozzo, et le clown auguste au nez rouge, le valet, ici Lucky. Cette relation reflète celle de Vladimir et Estragon, en exacerbant certains de ses aspects.

- La fin de l’acte II est marquée par le dénouement de la pièce. C’est un dénouement paradoxal car il s’agit de l’arrivée du même garçon venu à la fin de l’acte I, annoncer que Godot viendra demain. Cette deuxième intervention indique au lecteur et au spectateur que cette attente ne finira jamais, chaque jour amenant le même garçon et le même délai dans l’arrivée de Godot.

 

Thématiques importantes

- L’attente, l’espoir et le désespoir qui symbolisent une position face à l’existence : qu’attendons-nous de la vie ? Pendant combien de temps sommes nous capable de maintenir cette attente ? À quels moments espère-t-on puis désespère-t-on ? À quel moment décidons-nous d’agir ?

- L’absurdité et le sens de la vie : après la guerre, période où toutes les certitudes sont annihilées : comment retrouver un sens à sa vie ? Faut-il en arriver à la conclusion que la vie est absurde ?

- La rapport entre le maître et le valet, (thématique demandée dans des questions sur corpus) ici traitée dans la relation entre Pozzo et Lucky.

 

Citation

« - Fais voir.

- Il n’y a rien à voir. »

Elle illustre la situation d’attente et d’absurdité. Les dialogues mettent en échec permanent toute volonté d’action, et toute entreprise positive et constructive. Godot est souvent interprété comme représentant Dieu. God, en anglais, signifie Dieu. Ce serait une manière de parler du sens de l’existence par rapport à l’attente d’un sens transcendant supérieur à la vie.

 

Bonus

Pour prolonger cette thématique de l’attente et cette parabole de l’existence humaine, le roman de Dino Buzzati, Le désert des Tartares, lui aussi écrit au XXe siècle, dans lequel une armée logeant dans un fort s’épuise à attendre un ennemi qui ne viendra jamais. De même que dans la pièce En attendant Godot, les personnages s’échinent à attendre sans plus y penser.