Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Théâtre

THÉÂTRE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Tartuffe ou l'imposteur, Molière - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

Pièce écrite et jouée en 1664, mais aussitôt interdite par le roi Louis XIV, elle n’a pu être rejouée qu’en 1669.

 

Genre

Théâtre qui relève du registre comique, il s’agit d’une comédie qui entend dénoncer l’emprise des dévots sur les nobles à l’époque de Louis XIV. Ces dévots qui donnaient des leçons de morale et de religion pour dire aux nobles comment bien se comporter sur le plan religieux.

 

Mouvement

Comme presque toutes les pièces de Molière, il s’agit du mouvement classique. C’est une façon de concevoir le théâtre qui est dominante à l’époque de Louis XIV et qui veut que l’on respecte un certain nombre de règles, notamment les unités de temps, de lieu, d’action, la bienséance et la vraisemblance.

 

Auteur

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière est un dramaturge mais aussi un acteur. Après des débuts difficiles, sa troupe devient la troupe du roi Louis XIV.

 

Moments clés

- Orgon s’inquiète plus de Tartuffe que de sa femme : dans la scène d’exposition (Acte I, scène 1), Orgon revient de voyage et s’inquiète pour Tartuffe, qui n’a pas été souffrant, mais ne s’inquiète pas de la santé de sa femme Elmire qui, elle, l’a été. Cela donne lieu à un dialogue comique entre Orgon, le maître de maison, et sa servante Dorine qui ne comprend pas que son maître s’inquiète plus de la santé de quelqu’un qui se porte bien que de celle sa femme, censée lui être plus proche que Tartuffe et malade, de surcroit. La phrase récurrente d’Orgon est « Le pauvre homme » qu’il lance à chaque fois que Dorine explique comment Tartuffe a bien mangé ou bien dormi.

- Tartuffe tente de séduire Elmire, Orgon le surprend. Elmire subit ce jeu de séduction dénoncé par le fils d’Orgon lui-même qui essaie d’alerter son père sur les abus de Tartuffe, celui-ci se faisant passer pour dévot alors qu’il est immoral. Orgon se cache sous la table et assiste à la déclaration enflammée de Tartuffe pour Elmire. Orgon comprend donc que Tartuffe se joue de lui depuis le début et qu’il en veut qu’à son argent puisqu’il espère être porté sur le testament d’Orgon.

 

Thématiques

- Le mensonge et la manipulation : à travers le langage, les arguments et son usage de la rhétorique, Tartuffe réussit à convaincre et à persuader Orgon de lui céder toutes ces décisions, mais aussi ses biens et même sa fille, puisqu’Orgon avait prévu de faire épouser sa fille à Tartuffe. Manipulation et emprise psychologique posent la question de la morale et du pouvoir des mots.

- Société : rapport social entre Tartuffe, qui n’a pas de naissance noble, et Orgon, qui se laisse dominer.  Le rapport maître/valet est inversé : Tartuffe se rend le maître du maître.

 

Citations

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir » Tirade de Tartuffe qui correspond au moment où il donne des leçons de morale sur la manière dont il faut s’habiller. Il demande à un des personnages féminins de cacher son décolleté or le même Tartuffe prononce la phrase suivante, un peu plus loin : « Pour être dévot, je n’en suis pas moins homme » Tirade de Tartuffe à Elmire pendant sa déclaration d’amour. Cela indique qu’il ne se défend pas contre son désir charnel envers elle. Ces deux phrases entrent en contradiction et montrent bien la dimension de manipulation du comportement de Tartuffe.

 

Bonus

Pour comprendre pourquoi cette pièce a été interdite, on peut lire Don Juan de Molière pièce qui a été écrite après l’interdiction de Tartuffe afin de pouvoir continuer à dénoncer l’hypocrisie de ces directeurs de conscience tout en le faisant de façon plus indirecte. En effet, Don Juan, après avoir été un séducteur volage et cruel, finit par faire semblant de se ranger et se fait passer pour un faux dévot comme Tartuffe. À la fin de la pièce, on le découvre plus cruel et machiavélique quand il annonce que lorsqu’on fait semblant d’être bon, personne ne s’inquiète de savoir si l’on est vraiment mauvais ou pas. En cela, Molière tente de faire tomber les masques de sa société et ainsi les deux pièces ont été jugées très dérangeantes à son époque.