Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Théâtre

THÉÂTRE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

On ne badine pas avec l'amour, Musset - Oral

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Questions sur l’ensemble de l’œuvre

 

Quel est le mouvement littéraire dans lequel s’inscrit cette pièce ?

Il s’agit du mouvement romantique. Au XIXe siècle, Musset est un des représentants illustres de ce mouvement.

 

De l’œuvre de quel(le) auteur celle de Musset peut-elle être rapprochée ?

De l’œuvre de George Sand, qui était un pseudonyme utilisé par une auteure française. Musset était amoureux de George Sand juste avant d’écrire la pièce et il s’inspire d’elle pour le personnage de Camille.

 

II. Question sur le passage de la lettre de Camille

 

À quelle étape de l’intrigue théâtrale correspond cet événement ?

Il s’agit du passage où Perdican lit une lettre que Camille a écrite à son sujet, dans laquelle elle indique qu’il est désespérément amoureux d’elle et où il est blessé de voir la manière dont elle parle de lui.

Les étapes de l’intrigue théâtrale sont : l’exposition, le nœud dramatique, les péripéties et le dénouement.  Il faut donc se demander si cet événement correspond au nœud dramatique et si dans cette lecture se concentre tout le problème de la pièce, ou bien s’il s’agit d’une des nombreuses péripéties qui va permettre de résoudre un autre problème. Les deux interprétations sont possibles : il faut en choisir une et la défendre. Première solution : il s’agit du nœud dramatique et si Perdican n’avait jamais lu cette lettre, il n’aurait pas suivi sa volonté de séduire Rosette. Si l’on considère que c’est juste une péripétie, le nœud dramatique serait l’amour contrarié entre Perdican et Camille et cette lettre se rajoute simplement aux difficultés qui retrouvent les deux personnages.

 

III. Questions sur le passage de la mort de Rosette

 

Cette fin remet-elle en question l’appellation de « comédie » pour cette pièce ?

Même si l’appellation de comédie n’est pas explicite, elle est sous-entendue par le fait qu’on désigne cette pièce comme un proverbe. Un proverbe est un genre théâtral comique, léger et parfois drôle. Le fait qu’un des personnages meurt à la fin semble contrarier l’appellation de comédie.

 

En quoi ce dénouement illustre le proverbe ?

La mort de Rosette, qui a été séduite par Perdican pour rendre Camille jalouse, montre justement qu’il ne faut pas badiner avec l’amour, on ne peut pas jouer avec les gens au sein d’une relation amoureuse puisque les conséquences sont dramatiques. Rosette meurt en découvrant qu’elle a été séduite pour ce motif. Le proverbe du titre est donc bien illustré et dans ce sens, la pièce est bien un proverbe.