Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Théâtre

THÉÂTRE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Tartuffe ou l'imposteur, Molière - Oral

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Questions sur l’ensemble de l’œuvre

 

Quel est le sens du mot « tartuffe » aujourd’hui ?

Ce mot vient de l’italien tartufo qui signifie truffe, à prendre au sens métaphorique, puisque quelqu’un que l’on qualifie de truffe est quelqu’un de pas très intelligent, qui se laisse facilement prendre au piège qu’on lui tend. Ce sens entre en contradiction apparente avec le personnage de Tartuffe de Molière car il manipule les autres et n’est pas du tout dupe de son entourage.

 

Connaissez-vous une mise en scène de cette pièce ?

La plupart des temps, on étudie une pièce en regardant une retransmission, si ce n’est pas le cas, peut être une photographie avec un décor, des costumes et les personnages sur scène. Sinon, on peut se référer aux images qui se trouvent dans l’édition des livres et manuels étudiés pour développer l’argumentation de la réponse.

 

II. Questions sur la scène d’exposition

 

Sur quoi repose le comique de cette scène ?

Orgon revient de voyage et s’inquiète pour Tartuffe, qui n’a pas été souffrant, mais ne s’inquiète pas de la santé de sa femme Elmire qui, elle, l’a été. Au début, on ne sait pas qui est Tartuffe, on comprend qu’il n’est pas le maître du personnage mais son subalterne, puis on comprend qu’il s’agit du directeur de conscience d’Orgon, qui le domine spirituellement. Cette scène est comique car Orgon s’enquiert de la santé de Tartuffe de manière obsessionnelle avec un comique de répétition et la phrase « Le pauvre homme » qu’il répète sans cesse. Mais c’est aussi un comique à ressort, c’est-à-dire que quelle que soit l’information donnée par Dorine, Orgon n’adapte pas son discours à la réalité et reste figé dans une attitude qu’il répète jusqu’à l’absurde. Malgré le fait que Dorine donne des nouvelles positives de Tartuffe, Orgon trouve matière à plaindre Tartuffe, ce qui crée un décalage et donc un effet comique.

 

Que nous dit cette scène de la pièce ?

La scène d’exposition donne toutes les informations sur le lieu, le temps, les personnages et l’intrigue. Ici, on nous présente Orgon et Dorine, un maître et sa domestique et on fait le portrait, en son absence, de Tartuffe. On apprend aussi l’existence d’Elmire, la femme d’Orgon. Le lieu est la maison d’Orgon et l’époque est celle de Molière lui-même : le XVIIe siècle.

  

III. Questions sur l’acte IV

 

Sur quoi repose le comique de cette scène ?

Orgon découvre qui est réellement Tartuffe et comment il se joue de lui depuis le début. Le comique tient au fait qu’Orgon est caché sous une table pour prendre Tartuffe sur le fait, celui-ci essayant de séduire Elmire, la femme d’Orgon. Il assiste à toute la scène de séduction où Tartuffe dit la vérité sur ses intentions et sur le fait qu’il se joue d’Orgon en faisant semblant d’être vertueux alors qu’il a des désirs pour Elmire. Orgon découvre tout cela à l’insu de Tartuffe. Cet effet comique peut être qualifié d’arroseur-arrosé qui montre que celui qui veut se jouer de quelqu’un est en fait celui qui est pris au piège. C’est un renversement de situation qui peut engendrer du comique.

 

À quelle autre pièce cette scène vous fait-elle penser ?

C’est une situation avec un « couple » uni par une séduction, subie par l’une (Elmire) et voulue par l’autre (Tartuffe), épiée par un troisième personnage (Orgon). Cette situation peut évoquer celle développée par Racine dans Britannicus où Néron demande à Junie (qu’il a enlevée la veille), de parler à Britannicus (le fiancé de Junie) et dont Néron est à la fois le demi-frère et le rival. Il lui demande de dire à Britannicus qu’elle ne l’aime pas et pendant ce temps Néron se cache et épie les deux amoureux. La situation est plus tragique et cruelle que chez Molière où elle induit un effet comique. On peut mettre en parallèle ces deux scènes pour étudier les différences de registres au théâtre.