Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Littérature d'idées

LITTÉRATURE D'IDÉES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

De la servitude volontaire, La Boétie - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

1574

 

Genre

Cette œuvre est un discours du genre argumentatif.

 

Mouvement

Cette œuvre s’inscrit dans le mouvement de l’humanisme, mouvement littéraire et philosophique qui prône les valeurs humaines : l’homme est perfectible et il doit s’instruire des exemples de ses prédécesseurs dans l’Antiquité pour progresser dans la recherche du bonheur et de la moralité.

 

Auteur

Etienne de La Boétie (1530 - 1563) n’a pas écrit beaucoup de choses. On le retient souvent comme étant l’ami de Montaigne, mais c’est surtout Montaigne qui a beaucoup parlé de La Boétie et qui a contribué à sa postérité. Le texte Discours de la servitude volontaire a été peu étudié malgré la popularité dont il a bénéficié à la Renaissance, à sa parution, et il a été redécouvert au XXe siècle. La Boétie était magistrat et écrivain : il a écrit aussi quelques sonnets publiés par Montaigne dans ses Essais. Il meurt à 33 ans, et c’est cette mort précoce qui inspire Montaigne à écrire sur lui, car il était son meilleur ami. Montaigne a donc écrit la fameuse phrase « parce que c’était lui, parce que c’était moi » dans « De l’amitié » pour parler de la force de leur amitié. Le Discours de la servitude volontaire a été publié d’abord en latin et a été traduit en français par son auteur même.

 

Moments-clés

- La critique de la monarchie, puisque le sous-titre du texte est « Contr’Un » qui voulait dire qu’on pouvait aller contre le gouverneur tyrannique, qui est souvent un monarque absolu, celui qui décide seul et qui a tout le pouvoir. On a donc quelques pages qui visent la monarchie de l’époque et la monarchie en général mais qui ne seront appréciées et lues qu’au XXe siècle.

- Le passage sur l’explication du mécanisme de la corruption, c’est-à-dire sur comment est-ce que les personnes acceptent de rester l’esclave d’un tyran. La Boétie montre que dans la société de son temps, tous les cercles de pouvoir se tiennent et que si une personne dénonce le système, tout le monde va être mis en cause et que personne n’a intérêt à ce que le système s’effondre. Il explique cela en utilisant une image de cercle, qui rappelle les cercles de l’enfer mais qui est aussi révélatrice de certains mécanismes humains et politiques de comportement.

 

Thèmes importants

- La société humaine : comment elle fonctionne et s’organise.

- La liberté et de la servitude : pourquoi on accepte de renier sa liberté et en quoi la servitude peut être tolérable ou acceptée.

 

Citation

« Il ne s’agit pas de lui rien arracher (au tyran), mais seulement de ne rien lui donner ».

Ce que dit La Boétie c’est que le tyran n’est pas en position de force : ce sont les personnes qui sont sous son pouvoir qui sont libres de lui retirer leur obéissance et d’être tous « Contr’Un » (de renverser le pouvoir d’un seul par la majorité).

 

Bonus

Saint Germain ou la négociation est un roman de Francis Walder, mais il y a également un film qui permet de voir comment se passe une argumentation à la Renaissance, puisqu’il traite de négociations au moment des guerres de religion entre des personnages qui sont pour la paix et d’autres qui sont pour la poursuite de la guerre et qui occupaient plus au moins les mêmes charges que La Boétie au XVIe siècle.