Terminale > Humanités, littérature et philosophie > La recherche de soi > Les expressions de la sensibilité

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les expressions de la sensibilité : pistes de problématiques

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Définitions

 

- Expression : vient du verbe « exprimer », ex en latin, c’est « faire sortir de » et primer « en pressant », donc c’est donc faire sortir des choses en pressant. Autrement dit, c’est manifester, rendre visible ou présent, faire passer de l’intérieur à l’extérieur. Par exemple, pour les mamans, on dit « exprimer le lait ». L’idée de la pression se retrouve dans « impression » dans l’imprimerie. Ainsi, faire sortir quelque chose en exerçant une contrainte plus ou moins douce ou forte.

- Sensibilité : l’attachement à quelqu’un ou à quelque chose. Être sensible c’est aussi être marqué, impacté par quelque chose. Quelqu’un d’hypersensible est plus ou moins impacté par les choses, réceptif aux sons  ou aux images, plus sensibles que d’autres aux sensations. Il y a une idée de capacité à être réceptif à une impression. On retrouve ce terme d’impression : l’imprimante fige l’encre sur le papier. C’est l’idée d’impressions qu’on reçoit du monde comme l’encre sur le papier, figer quelque chose sur un support pour produire un objet, une impression.

Dans l’expression de la sensibilité il y a deux mouvements : ce qu’on reçoit et ce qu’on fait sortir de nous.

 

II. Histoire

 

Le rapport entre la raison et les sentiments a été théorisé, interrogé dès l’Antiquité, sauf qu’on a donné le primat à la raison. Sur le plan des émotions, on prône la recherche de la sagesse, de la tempérance (la mesure). Dès l’Antiquité et le Moyen Âge, on parle de sagesse, de contrôle de la raison et des vertus sur les impressions reçues de l’extérieur. La sensibilité est valorisée à partir du XVIIIe siècle, on parle de roman sensible, de capacité à être touché par le monde, à avoir des émotions assez fortes et subtiles. Il y a une évolution du rapport à la sensibilité au fil des siècles en Occident.

 

III. Problématiques

 

- Comment se faire comprendre ? Par quels biais passent les expressions de la sensibilité ?

- Suffit-il de parler pour s’exprimer ? La pratique artistique va-t-elle être une porte d’entrée pour exprimer sa sensibilité ? Le poème, expression de la sensibilité, dit plus que l’expression banale.

- Faut-il préférer la raison aux sentiments ? Question posée par Jane Austen, auteure du XIXe siècle qui s’intéressait au mariage arrangé, au mariage de raison. Avec cette question, on interroge, ce qui dès l’Antiquité apparaissait être une évidence : il faut de la sagesse, de la mesure, du contrôle de soi. Au XVIIIe siècle, on tire des leçons des anciens avec une revalorisation de la sensibilité.