Terminale > SES > Annales > Annale - Compatibilité de la croissance économique et de la préservation de l’environnement

ANNALE - COMPATIBILITÉ DE LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET DE LA PRÉSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Comment assurer la soutenabilité de la croissance ? 1/2

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Nous avons vu que notre modèle de croissance tel qu’il est organisé aujourd’hui n’est pas compatible avec la préservation de l’environnement à moyen et long terme. La question est de savoir comment va-t-on pouvoir assurer la soutenabilité de la croissance. Pour mémoire, une croissance soutenable est une croissance qui permet de garantir le bien-être des générations présentes, sans remettre en cause le bien-être des générations futures. Pour assurer la soutenabilité de la croissance, on a besoin de quatre grands types de capitaux qui vont contribuer à la croissance, à la production de bien et de service, mais aussi au bien-être des individus et des sociétés.

 

Les quatre capitaux

 

A. Le capital physique/produit

Le premier des capitaux est le capital physique ou capital produit. C’est ce qu’on appelle le capital fixe quand on résonne en économie pure à partir des facteurs de production. Il s’agit du stock de biens durables à la disposition d’une collectivité qui sert à produire des biens et des services. Le capital physique a un impact sur la croissance, puisqu’il permet la production de biens et services. Il a aussi un impact sur le bien-être puisque la substitution du capital physique au travail signifie une baisse de la pénibilité pour les travailleurs, ainsi qu’une augmentation du temps libre.

 

B. Le capital humain

Vient ensuite le capital humain qui correspond à l’ensemble des savoirs, savoir-faire et savoir-être qui permettent à un individu d’être productif. Là encore, il impacte à la fois la croissance, la capacité à produire des produits et services, puisque des individus mieux formés, en meilleure santé, etc., sont plus productifs. Et il a aussi un impact sur le bien-être puisqu’on considère que des individus plus éduqués et en meilleure santé sont plus heureux (dans l’absolu) et que ces individus prendront moins de risques par rapport à leur santé et participeront davantage à la vie en société.

 

C. Le capital naturel

Suit le capital naturel qui regroupe l’ensemble des ressources naturelles, des écosystèmes et de la biodiversité qui fournissent aux populations du bien-être matériel ou non. Le capital naturel permet à la fois de créer et produire des biens et services puisqu’il est source de richesses matérielles. On peut tirer du capital naturel des ressources consommables qui permettent la production de biens et services. Un capital naturel bien entretenu est aussi source de bien-être. C’est toujours agréable d’avoir un beau paysage, un air respirable, etc.

 

D. Le capital social et institutionnel

Enfin, le capital social et institutionnel est l’ensemble des relations qu’un individu entretient avec d’autres individus, mais plus largement aussi  les normes, les valeurs et les institutions qui permettent d’accroître la confiance entre les individus. Parce qu’il accroit la confiance et qu’il permet une meilleure circulation de l’information, le capital social est, en soi, facteur de croissance. Il contribue aussi au bien-être parce que des individus avec beaucoup de liens sociaux sont plus heureux.

Ces quatre capitaux sont fondamentaux et occupent une place centrale pour accroître la production de biens et services et aussi le bien-être. Par ailleurs, ils peuvent être accumulés. C’est pourquoi on parle de capital. Pour assurer la soutenabilité de la croissance, il faut voir comment on peut articuler ces quatre capitaux.