Terminale > SES > Sociologie > Annale - Transmission du capital culturel

ANNALE - TRANSMISSION DU CAPITAL CULTUREL

Exercice d'application


Annales SES

  • Exercice : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire - Annale Bac

    Sujet : À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que le capital culturel transmis par la famille peut limiter la mobilité sociale.

     

    DOCUMENT 1

    Dans les études sur la démocratisation de l’enseignement [...], la prise en compte du capital culturel se fait le plus souvent en tenant compte de la scolarité des parents. Les écarts selon les diplômes des parents (en particulier celui de la mère) tendent à être plus importants que les écarts selon la profession du père, ce qui met en avant l’importance du « capital culturel ». Cependant, celui-ci peut être appréhendé d’autres façons :

    - les parents ont des savoirs scolaires (et non scolaires) inégaux et peuvent ainsi plus ou moins facilement suivre et aider leurs enfants durant leur scolarité ;
    - ce capital culturel peut aussi prendre la forme de différences matérielles. La présence de livres ou d’un ordinateur par exemple peut favoriser l’acquisition de savoirs et de compétences ;

    - certaines pratiques culturelles, comme les visites au musée ou les sorties au cinéma, peuvent aussi indiquer la transmission de valeurs plus ou moins proches de l’école. Le style éducatif des familles a probablement aussi une influence ;
    - enfin, il existe une dimension « stratégique » du capital culturel. La familiarité avec un système scolaire assez complexe permet de mieux guider l’enfant lors du choix d’un établissement, d’une option, d’une orientation.

    Source : « Le retard scolaire en fonction du milieu parental : l’influence des compétences des parents », Fabrice MURAT, Économie et statistique, 2009.

     

    DOCUMENT 2

    Pour expliquer l’absence de réelle démocratisation scolaire, un autre argument – désormais bien connu – est celui de la filiarisation1 croissante du système éducatif. Au fur et à mesure que les taux de scolarisation progressent, les différents niveaux de l’enseignement voient leur structure se complexifier, avec la création de nouvelles filières. L’exemple le plus éloquent est probablement celui du baccalauréat. La création du baccalauréat technologique en 1968, puis celle du baccalauréat professionnel en 1985, contribuent beaucoup à la hausse du taux de bacheliers au fil des cohortes2 successives. Or ces différentes filières, qui ne préparent pas au même avenir, sont très clivées3 socialement : le tiers seulement des enfants d’ouvriers bacheliers de 2009 décrochent un baccalauréat général, contre les trois quarts des enfants de cadres supérieurs. En 2010, 36 % des candidats au baccalauréat professionnel ont un père ouvrier, contre seulement 15 % des élèves de classe de terminale générale. [...]

    Les enfants d’ouvriers, lorsqu’ils poursuivent leurs études après le baccalauréat, sont surreprésentés dans le supérieur court (sections de techniciens supérieurs, IUT4) et sous-représentés dans les filières « nobles » des cursus universitaires (droit, médecine). La prise en compte du système des classes préparatoires et des grandes écoles vient encore accentuer les inégalités sociales de cursus dans l’enseignement supérieur. [...] La polarisation5 sociale des différentes filières de l’enseignement supérieur est très forte : là où les enfants de cadres sont extrêmement nombreux, les enfants d’ouvriers font figure d’exception statistique. Des travaux récents mettent en évidence une intensification de cette segmentation sociale : les filières d’excellence y sont encore plus socialement cloisonnées que les séries de baccalauréat les plus prestigieuses.

    Source : Le destin au berceau, Camille PEUGNY, 2013.

    1 : Diversification des filières.
    2 : Générations.
    3 : Nettement différenciées.
    4 : Institut Universitaire de Technologie.
    5 : Division.

     

    DOCUMENT 3 : Actifs occupés en 2012, sortis de formation initiale depuis 11 ans ou plus, selon le diplôme (en %)



    Diplôme du :  Bac et équivalents
     
    CAP5 - BEP6 et équivalents  Brevets, CEP7    Ensemble 
    Supérieur long3 Supérieur court4

    Indépendants

    5,8 7,3 11,5 12,9 10,3 10,1

    CPIS1

    63,6 22,0 12,8 3,9 3,7 17,9

    Prof.interm.2

    23,2 49,9 30,1 16,8 11,5 23,7

    Employés qualifiés

    4,3 13,3 21,8 17,1 115 14,0

    Employés non qualifiés

    2,0 4,0 10,9 17,2 26,2 13,8

    Ouvriers qualifiés

    0,7 2,4 9,1 24,9 22,3 14,2

    Ouvriers non qualifiés

    0,4 1,1 3,6 7,2 14,5 6,3
     Ensemble  100,0  100,0  100,0  100,0 100,0 100,0

    Champ : France métropolitaine.

    1 : Cadres et professions intellectuelles supérieures. 2 : Professions intermédiaires.
    3 : Diplôme de niveau supérieur à bac + 2.
    4 : Diplôme de niveau bac + 2.
    5 : Certificat d’Aptitude Professionnelle.
    6 : Brevet d’Études Professionnelles.
    7 : Certificat d’Études Primaires, ancien diplôme délivré à la sortie de l’école primaire.

    Source : INSEE, 2016.

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.