Le blog des Bons Profs

Faut-il s'inquiéter de voir son ado accro aux séries ?

Article publié le 29 décembre 2021

Elles ont envahi les plateformes de streaming, ces séries pour adolescents qu’on appelle aussi Teen Drama sont devenues en quelques années, avec les jeux vidéo, la principale source de distraction de nos enfants. Mais faut-il vraiment s’en inquiéter ? Du plaisir à l’addiction, il n’y a qu’un pas. Voilà ce qu’en disent Les Bons Profs.

Parmi les plus regardées en 2021, on peut citer Elite, Riverdale, 13 Reasons Why, Euphoria, Sex éducation, Atypical… mais sont-elles si différentes de celles que vous regardiez dans les années 90 ?

Depuis Beverly Hills, Friends, Buffy contre les vampires, Dawson, Le prince de Bel Air… les recettes n’ont pas beaucoup évolué. On y retrouve les mêmes thématiques : la recherche identitaire, la rébellion, l’éveil à l’amour et au désir…

Finalement les aspirations des jeunes sont les mêmes qu’il y a 30 ans et gravitent autour de la recherche du frisson, de la peur, du plaisir ou de l’amour.

En revanche, le traitement de ces sujets est beaucoup plus frontal et dans de nombreuses séries, l’insouciance des personnages a disparu. C’est notamment le cas dans Elite, Riverdale, 13 Reasons Why ou Euphoria où l’on voit les protagonistes se débattre avec des problèmes de violence, de drogue, de précarité, de souffrance psychique, de suicide...

Pourquoi une telle addiction ?

Les séries fonctionnent sur le principe de frustration appelé Cliffhanger dans le jargon télévisuel ou comment un renversement de dernière minute tient le spectateur en haleine jusqu’au prochain épisode. C’est la raison pour laquelle les ados continuent à visionner des épisodes dans un cercle sans fin. Ajoutez à cela le principe de lecture automatique des épisodes les uns à la suite des autres et on tombe dans le binge watching (« **to binge » : se goinfrer ou se saouler, et « watching » : regarder), un phénomène qui se propage de plus en plus chez les jeunes. 

Le principe, vous l’aurez compris : engloutir un maximum d’épisodes à la suite, voire même finir une saison en une nuit ou un après-midi. C’est sur ce point que vous devez rester vigilants.

Les conseils des Bons Profs

En période scolaire, ce comportement n’est bien entendu absolument pas recommandé. Et pour cause, il engendre insomnies, ainsi que toute la panoplie des symptômes imputables à la fatigue (irritabilité, stress, etc.). Cette passion doit être contenue et non exercée avec excès pour éviter aux ados la gueule de bois télévisuelle qui s’en suit. Au vu des audiences records des séries à succès de ces dernières années, il y a fort à parier que l’attrait passionnel des adolescents pour les séries et leurs personnages n’est pas près de s’arrêter. Qu’ils soient geeks, cyniques, extravagants, diaboliques ou un peu losers, les personnages se plaisent à enfreindre les règles, raison pour laquelle les ados s’identifient à eux, étant eux-mêmes dans une période de transgression.

Nous vous conseillons simplement de surveiller de loin leur pratique de visionnage. Cela doit rester un plaisir pour l’adolescent, un moment de détente, même s’il est quotidien. Attention cependant à ne pas le laisser s’enfoncer dans un cercle vicieux et irrationnel qui pourrait le perturber dans ses études et engendrer des conflits entre vous. 

Il est donc important de poser des règles dès le début (par exemple : un épisode ou deux maximum par jour ; toujours après les devoirs, etc.) pour que chacun y trouve son compte dans la mesure du raisonnable.

Invitation à tester Les Bons Profs gratuitement pendant 7 jours