Cours Facteurs de mobilité et de reproduction sociales

Exercice - Analyse d’une table de mobilité

L'énoncé

e50d48959fb3d1478a582370a9765bebc921fd94.png


Question 1

Présenter le document, en précisant la nature de cette table de mobilité.

Cette table de mobilité est une table de destinée, réalisée à partir de l’enquête FQP menée par l’Institut National de Statistiques et d’Etudes Economiques (INSEE) en 2003.

 

Question 2

Interpréter les trois données entourées en rouge.

6 % des fils d’agriculteurs étaient artisans, commerçants, chefs d’entreprises en 2003 selon l’INSEE.

En 2003 selon l’INSEE, sur 100 fils de cadres et professions intellectuelles supérieures, 52 faisaient partie de la même catégorie sociale de leur père.

En 2003, les professions intermédiaires représentaient 24 % des actifs en 2003.

Question 3

Compléter ces phrases avec la donnée qui convient.

  • ... % des fils d’employés sont CPIS.
  • Sur 100 fils d’agriculteurs, ... % exercent une profession intermédiaire.
  • ... % des hommes ayant un père « profession intermédiaire » étaient CPIS.
  • La part d’agriculteurs eux-mêmes fils d’agriculteurs étaient de ... %.

22 % des fils d’employés sont CPIS.

Sur 100 fils d’agriculteurs, 17 % exercent une profession intermédiaire.

33 % des hommes ayant un père « profession intermédiaire » étaient CPIS.

La part d’agriculteurs eux-mêmes fils d’agriculteurs étaient de 88 %. => Illisible sur cette table, mais bon à savoir par cœur pour une dissertation ou pour étayer une analyse !

Attention, une de ces données n'est pas lisible sur cette table, mais elle est à savoir !

Question 4

En 2003, il y avait environ 644 000 fils d’employés : calculer le nombre de ceux-ci qui étaient CPIS.

$\frac{644 \times 22}{ 100} = 142.$

Il y avait environ 142 000 fils d’employés devenus CPIS en 2003.

Question 5

Extraire les principales tendances mises en avant par ce document.

La première tendance est la reproduction sociale. 52 % des fils de CPIS sont CPIS, 42 % des fils d’ouvriers sont ouvriers. Seuls 22 % des fils d’agriculteurs sont agriculteurs, mais on se rend bien compte que la très grande majorité des agriculteurs sont des fils d’agriculteurs, puisque dans les autres catégories sociales, moins d’1 % des fils deviennent agriculteurs (en fait, si on regarde une table de recrutement, 88 % des agriculteurs sont fils d’agriculteurs). Cela s’explique simplement par la diminution drastique de la part des agriculteurs dans la population active.

La seconde tendance est la faible longueur des trajectoires sociales, qu’elles soient ascendantes ou descendantes. En effet, comme nous l’avons dit, la reproduction sociale est majoritaire, mais quand il y a mobilité sociale, cette mobilité se fait dans des catégories sociales proches. Par exemple, 12 % des fils d’ouvriers sont employés et 23 % professions intermédiaires. De même, parmi les fils de CPIS il y a une descension sociale, la moitié est profession intermédiaire, donc seulement la moitié connait une trajectoire longue de descension.