Cours Stage - Travail et intégration sociale

Exercice - Le travail à l'ère du numérique

L'énoncé

Cet exercice d'application, composé de 5 questions, porte sur le travail à l'ère du numérique. Il prend la forme du premier et du deuxième exercice de l'épreuve composée de SES.


Question 1

Définir la notion de "numérique".

"Numérique" est un mot au sens assez extensif. C'est un néologisme. "Numérique" est originellement un adjectif qui s'oppose à "analogique". Il s'agit d'un langage de représentation spécifique d'informations, qui repose sur une représentation d'informations ou de grandeurs physiques au moyen de caractères, tels que des chiffres, ou au moyen de signaux à valeurs discrètes.

Le mot "numérique" est utilisé aujourd'hui dans le langage courant comme un nom commun. Il qualifie notamment l'informatique, mais ne peut y être réduit. Il inclut plus largement toutes les nouvelles technologies de l'information et de la communication qui permettent une dématérialisation de l'information.

Le numérique prend de plus en plus de place dans notre société, à l'image du smartphone ou de l'ordinateur dont on ne peut plus aujourd'hui se passer. Ce sont des outils de distraction, de loisirs, mais les technologies de l'information et de la communication (TIC) produisent aussi des transformations dans le monde du travail.

Comme le mot "numérique" est difficile à expliquer, on doit donner son origine. Ensuite, on donne une définition de la notion. On termine en raccrochant la définition à la thématique du cours. 

Question 2

Expliquer comment le numérique brouille les frontières entre travail et non-travail.

Les nouvelles générations qui ont grandi avec l'essor du numérique souhaitent intégrer les technologies de l'information et de la communication dans leur activité professionnelle. Cela aboutit à une connectivité permanente qui brouille ainsi le clivage entre le travail et le non-travail. Envoyer un mail, téléphoner chez soi ou au travail le weekend ou durant la semaine, pouvoir communiquer avec ses clients, avec ses collègues, avec ses supérieurs facilement réduit la frontière ou brouille la frontière qui existait auparavant entre le travail et le non-travail.

La possibilité de pouvoir travailler de chez soi est une demande de plus en plus importante de la part des salariés. Cela s'appelle le télétravail. Les salariés souhaitent parfois limiter leurs déplacements entre leur domicile et leur lieu de travail, qui peuvent être assez pénibles. Ils souhaitent un nouveau cadre de travail et pouvoir gérer de façon plus autonome leur temps de travail. Le télétravail illustre aussi ce brouillage entre le travail et le non-travail.

Question 3

Décrire les conséquences du développement du numérique sur les relations professionnelles.

Le numérique transforme les relations que l'on a au travail. Le numérique offre un nouveau cadre d'interaction. Cela est notamment dû à la multiplication des contacts avec ses collègues à travers différents services de messagerie, messagerie interne ou e-mails. Cela offre aussi la capacité de communiquer plus facilement avec ses clients.

On peut également, à travers Internet, augmenter son réseau professionnel et, parfois, lorsque le numérique le permet, réaliser des gains de productivité, comme avec le traitement de dossiers de certains clients de façon numérisée, cela permet de davantage travailler de façon plus qualitative sur certains dossiers.

La multiplication des contacts s'explique aussi par le fait de pouvoir travailler à distance. Les appels et visioconférences permettent de travailler à distance. On peut être en voyage professionnel à plusieurs milliers de kilomètres de l'entreprise et pouvoir assister en temps réel à une réunion avec ses collègues.

Le télétravail constitue un défi important pour les managers et les chefs d'entreprise. C’est un double enjeu. C’est à la fois la manière de contrôler les salariés et les données. Pour contrôler les salariés, il s'agit de répondre aux questions suivantes : les salariés qui travaillent avec les technologies du numérique ont-elles rempli leurs objectifs ? Travaillent-ils assez ? ll faut pouvoir s'assurer pour l'entreprise que les outils numériques fonctionnent parce que, si les outils numériques ne fonctionnent pas, cela peut ralentir la cadence dans l'entreprise, son activité, sa productivité et finalement pénaliser la production de l'entreprise. Enfin, on sait que les données des entreprises sont sensibles et le passage au numérique accroît la menace de fuite. L'entreprise doit mettre en place des systèmes afin de protéger ses données dans son intérêt.

Question 4

Quels clivages sont renforcés par la transformation numérique du travail ?

Le passage vers le numérique pourrait se traduire en termes de fracture, de fracture numérique, qui polariserait le monde du travail entre les emplois qualifiés et les emplois non qualifiés. Ce clivage existe déjà mais le numérique renforcerait ce clivage.

Dans un premier temps, c'est un clivage entre les générations parce que les générations qui n'ont pas grandi avec l'essor des technologies de l'information et de la communication ont plus de mal à intégrer cette technologie dans leurs activités professionnelles. Les entreprises doivent mettre en place des formations pour leurs salariés afin qu'ils s'adaptent aux nouveaux logiciels et nouveaux appareils.

Il existe aussi un clivage entre les travailleurs qualifiés et les travailleurs non qualifiés. Quand je parle de la possibilité de faire du télétravail ou le clivage entre la possibilité de travailler chez soi, pas chez soi, à telle ou telle heure de la journée, etc., il faut savoir que ces mutations affectent davantage les travailleurs plus diplômés, les professions intermédiaires et les cadres et professions intellectuelles supérieures. Concernant les ouvriers ou les employés qui ont des métiers étant davantage des métiers d'exécutants, ils profiteraient ainsi moins des opportunités ouvertes par le passage vers le numérique. 

Question 5

Après avoir présenté le document, vous mettrez en évidence les conséquences du télétravail sur la santé des salariés.

Cette infographie, intitulée "Confinement et état psychologique des salariés français", présente les résultats d'un sondage. Cette étude a été menée auprès de 2005 salariés français représentatifs de la population française en avril 2020. Elle a été réalisée par OpinionWay, à la demande de Empreinte Humaine, et publiée sur le site de l'organisation.

On peut constater que près de la moitié (44 %) des salariés interrogés présentaient une détresse psychologique, dont près d'un sur cinq (18 %) de niveau élevée. Un quart des salariés étaient à risque de dépression et nécessitaient un traitement. La période, marquée par ailleurs par l'épidémie de nouveau coronavirus Covid-19 et un confinement général de la population, était donc particulièrement anxiogène pour la population.

Le sondage note qu'un salarié sur trois était en télétravail. Le télétravail ne fait qu'aggraver une situation existante parmi les salariés français. En effet, le télétravail brouille les frontières entre travail et non-travail, et maintient donc une partie des salariés dans une charge mentale importante à tous les moments de l'existence, qu'ils soient ou non censés travailler.

Les managers, qui ont des fonctions d'encadrement, sont particulièrement exposés, puisqu'il sont un sur cinq à souffrir de détresse psychologique élevée. Cela montre que le numérique et le télétravail affectent différemment les salariés : les fonctions d'encadrement sont plus touchées que les fonctions d'exécution.

En conclusion, on constate donc que le télétravail a des conséquences négatives sur la santé des salariés et qu'il affecte différemment les catégories sociales.

Il s'agit d'un sondage.