Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Poésie

POÉSIE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Le Testament, Villon - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

XVe siècle (1400).

 

Genre

Cette œuvre appartient au genre de la poésie.

 

Mouvement

Ces poésies ne sont pas rattachées à un mouvement en particulier, puisqu’au Moyen Âge on ne catégorise pas les esthétiques comme on peut le faire par la suite en parlant des Lumières ou du Romantisme. La poésie de Villon est ainsi assez unique et inclassable dans son style. En revanche, on pourrait dire qu’elle est caractérisée par le souci de la réalité dans ce qu’elle a de plus triviale. On pourrait le désigner comme un « réaliste », en prenant la précaution de faire la différence avec le mouvement réaliste du XIXe siècle.

 

Auteur

François Villon (1431 - 1463) est étudiant à la Sorbonne, à Paris, puis est ensuite un voyou qui appartient à une bande qui s’appelle « la bande des Coquillards ». Ils utilisaient un argot qui leur était propre, comparable aujourd’hui au langage de certains jeunes ou au verlan. Il y a dans les textes de Villon des termes de cet argot ce qui font qu’ils sont, dans un sens, « codés ». Villon a été condamné par la justice, emprisonné et torturé, et il a échappé à deux occasions à une exécution à mort, ce qui l’a potentiellement traumatisé et qu’il raconte dans certains de ses poèmes.

 

Moments-clés

- « Epitaphe » ou « Ballade des pendues ». Une épitaphe est une phrase marquée sur une tombe. Dans les deux poèmes, on a des thèmes liés aux dangers de mort que Villon a vécus quand il était prisonnier ou potentiellement exécutable.

 

Thématiques importantes

- La mort, dans sa dimension de fin de la vie humaine, mais aussi par rapport à l’ouverture vers une autre dimension, puisque on est au Moyen Âge et que la religion n’est pas dissociée de la mentalité des contemporains de l’époque.

- La condition sociale : étant voyou, il a côtoyé la misère, la pauvreté et il a vécu aux marges de la moralité.

- La destinée humaine des hommes sur Terre et dans l’au-delà, il y a toujours une référence aux péchés et vertus et à comment va-t-on mériter le paradis ou l’enfer.

- L’esthétique de la laideur : Villon écrit sur les pendus, mais aussi sur les étudiants, les tavernes et les réalités de l’époque qui s’éloignent des réalités idéalisées de l’amour courtois au Moyen Âge.

 

Citation

« Frères humains qui après nous vivez,

N’ayez le cœur contre nous endurci ».

Ce sont deux vers qui exhortent les lecteurs du poème à ne pas condamner les gens qui l’ont déjà été, de ne pas se rire d’eux comme il pouvait être d’usage au Moyen Âge, puisqu'on expose les pendus dans des endroits publics pour décourager les autres de suivre leur exemple dans l’immoralité. Villon se place du côté du condamné et exhorte le lecteur à la clémence, la générosité et au pardon.

 

Bonus

« Je, François Villon » : biographie en partie fictive écrite par Jean Teulé.